Peste porcine : le gouvernement crée une zone vide de sangliers

Après la confirmation de deux nouveaux cas en Belgique, le ministère français de l’Agriculture a annoncé la création d’une «zone blanche» près de la frontière franco-belge. Objectif : éviter la propagation du virus sur le territoire national

La peste porcine africaine va-t-elle réussir à franchir la frontière belge ? Dans le Nord de la France, la filière est inquiète. Deux sangliers porteurs de la maladie ont été tués le 9 janvier par des chasseurs à seulement plus d’un kilomètre de la frontière française. Au total, depuis début-septembre, 299 cas de peste porcine ont été détectés en Belgique.

Les éleveurs français en alerte

Dans le département de l’Aisne, cet éleveur prend désormais toutes ses précautions. "Plus personne ne rentre pour éviter une contamination diffuse qui arrive dans l’élevage"  témoigne Sébastien Mansourt, éleveur de porc à Hartennes-et-Taux.

La France prend des mesures de protection 

Comme chez nos voisins Belges, les autorités françaises ont aussi mis en place une "zone blanche" dans un rayon de quelques kilomètres autour de la frontière.En Belgique, plusieurs zones ont été délimitées "on n'a une zone noyau où on n'a retrouvé tous les sangliers infectés, juste à coté, on a une zone tampon et en dehors de la clôture, on a une zone d'observation renforcée", explique Jean-Pierre Scohy, inspecteur Général du département de la nature et des forêts de Wallonie. Comme en France, c'est aujourd'hui la seule solution pour limiter la propagation de ce virus qui peut éradiquer 80 % de l'espéce porcine. Une maladie heureusement sans danger pour l'homme.

Vous êtes à nouveau en ligne