Loi alimentation : des mesures en faveur de la grande distribution selon l'UFC-Que Choisir

FRANCE 3

Votée en 2018, la loi alimentation n'a pas tenu toutes ses promesses. Une enquête de l'UFC-Que Choisir démontre que les marges des industriels n'ont pas diminué. Pire, cette mesure a déclenché une flambée des prix alimentaires.

Les éleveurs attendaient beaucoup de cette loi alimentation. Une mesure phare du gouvernement qui devait permettre une meilleure rémunération des agriculteurs. Mais depuis le vote de la loi, en 2018, rien n'a changé. "Malheureusement, on ne voit pas de différence à notre niveau en termes de vente de produits et d'augmentation de nos prix à la production", constate Bruno Dufour, éleveur bovin.

Un constat sans appel

Selon l'UFC-Que Choisir, le constat est sans appel. En deux ans, le prix payé aux producteurs de viande a augmenté de 9 centimes par kilo, mais la marge de la grande distribution a grimpé encore plus vite, 11 centimes par kilo. Dans le cas du lait, ce serait même une baisse de 1 centime par litre pour les producteurs alors que les marges des distributeurs ont augmenté de 4 centimes. Ce sont ces derniers qui seraient, selon l'association, les grands gagnants de la loi alimentation. Pour l'UFC-Que Chosir, la loi a aussi fait grimper les prix en rayons d'environ 1%. Contactée, la Fédération du commerce et de la distribution dénonce une étude fausse et préfère rappeler que les prix des grandes marques restent stables.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne