Les agriculteurs "ont besoin que les acteurs politiques se mettent au boulot"

Rassemblement des Jeunes agriculteurs à Sulniac (Morbihan), le 10 août 2016.
Rassemblement des Jeunes agriculteurs à Sulniac (Morbihan), le 10 août 2016. (LOIC VENANCE / AFP)

Alors que le gouvernement présente mardi 4 octobre un nouveau plan d'aide pour les agriculteurs, Jérémy Decerle, président des Jeunes Agriculteurs, confie sur franceinfo avoir demandé "un plan de refinancement pour passer le cap, des dégrèvements sur les taxes, des mesures sociales".

Le gouvernement présente, mardi 4 octobre, un nouveau plan d'aide pour les agriculteurs. La crise a touché les éleveurs, les producteurs de lait mais aussi les céréaliers. La saison a été tellement mauvaise que la France n'est plus le premier exportateur de blé en Europe. "On attend une réelle prise de conscience des dégâts que les aléas climatiques ont pu produire et qui se cumule à des années de crise", a expliqué mardi 4 octobre sur franceinfo Jérémy Decerle, président des Jeunes Agriculteurs.

franceinfo : Qu'attendez-vous des politiques ?

Jérémy Decerle : On a demandé un plan de refinancement pour passer le cap, des dégrèvements sur les taxes, des mesures sociales. Ce qu'on attend, en tant que jeunes agriculteurs, c'est une ligne de conduite structurelle. On a besoin que les acteurs politiques et économiques se mettent au boulot pour nous trouver des solutions sur le long terme.

Que faire pour éviter le déclin des agriculteurs ?

Dans un pays où, en 50 ans, on a perdu plus de la moitié des paysans, il faut se poser la question de comment on fait pour éviter d'en perdre. Si on est convaincu que la richesse de notre métier passe par le nombre d'hommes et de femmes qui pourront l'exercer, il faut que l'on se pose des questions sur l'installation des jeunes, la transmission des exploitations. Il faut que l'on trouve une destinée à toutes les exploitations en cessation. Si on peut les remettre à des jeunes qui retravailleront sur la gestion de ces exploitations, c'est la meilleure solution.

Faut-il changer de modèle agricole ?

On doit se poser la question. Le modèle agricole d'aujourd'hui, dont on a hérité sur le modèle familial, est-ce celui-là que l'on veut conserver ? Si c'est le cas, il repose sur des hommes et des femmes, donc on doit mettre le paquet là-dessus et relever le défi du renouvellement des générations. Ce n'est pas forcément une histoire de taille d'exploitation.

Jérémy Decerle, président des Jeunes Agriculteurs : "Dans un pays où, en 50 ans, on a perdu plus de la moitié des paysans, il faut se poser la question de comment on fait pour éviter d'en perdre"
--'--
--'--