VRAI OU FAKE Laurent Alexandre a-t-il raison d'affirmer que la surface boisée en France a doublé depuis 1830 ?

La superficie des forêts françaises a doublé en deux siècles.
La superficie des forêts françaises a doublé en deux siècles. (GARDEL BERTRAND / HEMIS.FR)

La surface boisée en France a bien doublé en près de deux siècles du fait de la révolution industrielle, de la transition forestière et de la mise en place de politiques de reboisement. Mais à l'heure du réchauffement climatique et de la présence de nouveaux parasites, cela ne suffit pas à démontrer le bon état des forêts.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ce n'est pas la première fois que Laurent Alexandre se fait remarquer. Celui qui se décrit sur Twitter comme "anti-collapsologue" et "anti Greta Thunberg" est régulièrement accusé de relativiser le réchauffement climatique. Dans un tweet posté le 25 décembre, l'énarque et chirurgien-urologue met en avant la multiplication par deux de la surface boisée en France depuis le XIXe siècle, avec l'idée de contrer ceux qu'il appelle les "écolos apocalyptiques". Un tweet qui n'a pas manqué de faire réagir les internautes. Alors, dit-il vrai ou "fake" ?

La surface forestière métropolitaine a bien doublé depuis 1830

L'animation vidéo partagée par l'"anti-collapsologue" est extraite du travail de chercheurs de l'université de Wageningen (Pays-Bas) au sein du programme Historic Land Dynamics Assessment (en français, "Evaluation de l'évolution historique des sols"). Grâce à l'agrégation et l'harmonisation de données historiques sur l'occupation des sols (des cartes, des cadastres ou encore des photographies aériennes), l'équipe a pu reconstituer l'évolution de l'occupation des sols de l'Union européenne et de la Suisse au kilomètre près de 1900 à 2010, décennie par décennie. Et effectivement, la France y apparaît bien plus recouverte de forêts en 2010 qu'en 1900.

En 1830, la surface forestière française était comprise entre 8,9 et 9,5 millions d'hectares, comme le montre une étude de l'ingénieur Bruno Cinotti publiée en 2000 et reprise par l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN). L'Office national des forêts (ONF) affirme de son côté que la surface forestière est aujourd'hui de 17 millions d'hectares – auxquels il faut ajouter 8 millions d'hectares ultra-marins. La superficie forestière a donc bien (presque) doublé depuis 1830.

Cette évolution est due à deux principaux facteurs, explique Hervé Le Bouler, responsable du réseau de France nature environnement (FNE). D'abord à "la transition forestière", c'est-à-dire qu'avec les progrès de l'agriculture (notamment par la mécanisation) les cultures agricoles se sont concentrées sur les meilleures terres, laissant de la place aux forêts. "Les espaces abandonnés par l'agriculture se sont boisés spontanément", précise le spécialiste. D'autre part, "la révolution des énergies fossiles" a eu un rôle important à l'image du charbon qui a remplacé une grande partie du bois produit pour des besoins énergétiques. 

Une augmentation située dans la tendance européenne

De grandes politiques de reboisement ont été lancées à partir du Second Empire, particulièrement dans les landes de Gascogne et de Sologne, mais aussi dans les régions montagneuses, grâce à des lois dites de restauration territoriale. L'augmentation des surfaces boisées est alors constante, si bien qu'elles représentent 12 millions d'hectares en 1945. 

C'est ensuite essentiellement à la faveur de la réduction du territoire agricole non cultivé et des ressources du Fonds forestier national (FFN) que s'est accru le boisement métropolitain jusqu'aux 16,9 millions d'hectares actuels (soit 31% du territoire hexagonal), dont environ 15,7 millions d'hectares "à vocation de production". Une superficie (aux trois-quarts privée) constituée à 67% de feuillus pour 21% de conifères et 12% de peuplement mixte.

Cette augmentation de la surface boisée se situe dans la tendance européenne : pour les années allant de 1990 à 2016, l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (ONUAA) affirme que la surface forestière de l'UE est passée de 35 à 38,1% du territoire. Dans le même temps, elle a pourtant perdu 1,3 million d'hectares à l'échelle mondiale, principalement en Amérique du Sud, en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est.

La surface forestière ne dit pas tout

Mais ces données a priori positives sur la surface forestière française suffisent-elles pour contrecarrer les inquiétudes des environnementalistes, comme semble le faire Laurent Alexandre ?

Selon le géographe Paul Arnould, spécialiste des forêts et professeur émérite à l'Ecole normale supérieure de Lyon, "les forêts sont très protégées en France. Quant à la filière bois, elle constitue un poste déficitaire" du commerce extérieur : on importe plus qu'on ne produit (même si la France représente le 3e stock de bois européen derrière l'Allemagne et la Suède). Néanmoins, le chercheur met en garde contre les "excès", particulièrement contre l'utilisation massive de pesticides dans la sylviculture qui a un impact négatif sur la biodiversité.

Il pointe également du doigt les monocultures : "Parfois, elles ont pu se justifier, comme dans les Landes avec le pin maritime. Mais il faut les éviter au maximum. Si on ne plante qu'une seule essence, c'est risqué [notamment face aux maladies et aux prédateurs]." La culture de plusieurs essences permet en effet de maximiser la biodiversité et la pérennité de la forêt. Or, 83% des forêts ne sont peuplées que de deux essences ou moins, comme l'expose l'inventaire forestier de l'IGN paru en 2018. Dans le Morvan, des militants écologistes parlent ainsi de "malforestation" avec les monocultures de résineux Douglas et les coupes rases réalisées par de puissantes abatteuses qui entraîneraient une diminution de la biodiversité. Ces constats restent débattus par les chercheurs et les spécialistes des forêts, comme l'exposait une enquête de franceinfo.

"Le problème ne vient pas de l'espèce en elle-même mais de la façon dont elle est cultivée, affirme Hervé Le Bouler. Mais il n'existe pas aujourd'hui en France une 'industrialisation' massive en termes de surface. Le Morvan est un problème réel mais qui ne dépasse pas ou peu les limites du Morvan. (...) L'écho médiatique en fait un problème social." L'inventaire forestier de 2018 précise à ce propos que 2% des arbres de l'hexagone présentent une détérioration notable de leur houppier (les branches présentes au sommet du tronc). 

Selon Hervé Le Bouler, "plusieurs facteurs exercent aujourd'hui une pression sur les forêts et vont changer son équilibre." Le changement climatique, tout d'abord, qui va entraîner des changements d'espèces. L'arrivée de nouveaux parasites également, comme la chalarose du frêne, apparue en Europe depuis une vingtaine d'années, ou la prolifération des insectes scolytes dans les forêts d'épicéas et de sapins du fait des vagues importantes de chaleur des dernières années, particulièrement en Lorraine, de quoi menacer les forêts et la production de bois. Nul doute que la mise au point d'indicateurs de la biodiversité forestière pourrait permettre de mieux évaluer encore la bonne santé des forêts en lien avec les préoccupations écologiques "grandissantes" de la société, un enjeu synthétisé par le groupement d'intérêt public Ecofor.

Vous êtes à nouveau en ligne