Grippe aviaire : élevage sous haute protection

Cette vidéo n'est plus disponible

Un nouveau foyer de grippe aviaire a été identifié dans le Finistère et plus de 7 000 bêtes vont être abattues. Ces foyers n'auraient toutefois aucun lien avec les virus hautement pathogènes découverts dans le sud-ouest en 2016.

Rentrer dans un élevage de canards est devenu un parcours du combattant à Nueil-Les-Aubiers, dans les Deux-Sèvres. Les précautions et les mesures de sécurité se multiplient. Jean-Baptiste Rotureau est éleveur ici et en ce moment, ses canards restent dans un hangar 24 heures sur 24. Il faut éviter le virus du gène H5, cette grippe aviaire propagée par les excréments des oiseaux migrateurs. Ses canards restent pour l'instant épargnés par le virus, mais ce n'est pas le cas de tous les éleveurs.

170 000 canards euthanasiés cette année

Dans ce cas, une seule solution : l'euthanasie des volailles. L'accompagnement psychologique devient alors indispensable. Tout comme l'aide financière : l'État prend en charge la totalité des canards. Même si le virus ne présente aucun risque pour l'homme, la prévention reste capitale. En 2017, plus de quatre millions de canards avaient été euthanasiés en France. Bien loin des 170 000 de cette année. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne