Glyphosate : 54 députés LREM demandent une interdiction du pesticide "le plus rapidement possible"

Des manifestants antiglyphosate à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 23 mai 2017.
Des manifestants antiglyphosate à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 23 mai 2017. (GERARD BOTTINO / CITIZENSIDE / AFP)

"La France votera contre le renouvellement de son utilisation pour dix ans et nous nous félicitons de la position responsable de notre pays" font valoir les signataires d'une tribune publiée par "Le Monde".

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ils la réclament au nom "de la santé de tous". Cinquante-quatre des 310 députés de La République en marche (LREM) ont demandé dans une tribune au Monde, mise en ligne dimanche 22 octobre, l'interdiction "le plus rapidement possible" , dans l'Union européenne, du glyphosate, un herbicide très utilisé en agriculture.

Cette prise de position intervient alors que les pays de l'Union européenne doivent se prononcer mercredi sur la réautorisation du glyphosate, alors sa dangerosité est au cœur d'une controverse car le Centre international de recherche sur le cancer, une agence intergouvernementale créée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) l'a classé "cancérogène probable" en 2015, contrairement à l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) et l'Agence européenne des produits chimiques (Echa).

Hulot propose un renouvellement de trois ans

"La France votera contre le renouvellement de son utilisation pour dix ans et nous nous félicitons de la position responsable de notre pays", font valoir les signataires, parmi lesquels Matthieu Orphelin, ex-bras droit de Nicolas Hulot dans sa fondation, Sandrine Le Feur, agricultrice, le professeur en médecine Jean-Louis Touraine ou encore l'ex-ministre de l'Ecologie Barbara Pompili. "Sortir du glyphosate, tout en accompagnant comme il se doit les agriculteurs dans cette transition, dans un calendrier court et réaliste, est un bon compromis", écrivent-ils, en avançant non seulement l'argument de la santé, mais aussi celui du bien de la planète.

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a proposé lundi de limiter à "trois ans" le renouvellement au niveau européen. "Pendant ces trois ans, on regarderait tout ce qu'on peut trouver en termes d'alternative et aider ceux pour lesquels l'utilisation du glyphosate est indispensable à se pencher sur d'autres pratiques et d'autres techniques, a précisé Nicolas Hulot, se disant confiant sur une limite de ce renouvellement. Je ne suis pas trop inquiet. Je n'imagine pas (...) qu'on autorise pour dix ans. Je n'imagine pas une seule seconde."

De son côté, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, s'est prononcé pour une réhomologation de cinq à sept ans. "Le gouvernement prendra sa décision, mais l'idée qu'on soit en dessous de cinq ans me paraît plus cohérent pour tout le monde", a affirmé Nicolas Hulot.

Vous êtes à nouveau en ligne