François de Rugy interpellé par la Confédération paysanne au Salon de l'agriculture

Des militants de la Confédération paysanne, sur le stand d\'Enedis, au moment de la visite du ministre François de Rugy, le 26 février 2019 au Salon de l\'agriculture à Paris.
Des militants de la Confédération paysanne, sur le stand d'Enedis, au moment de la visite du ministre François de Rugy, le 26 février 2019 au Salon de l'agriculture à Paris. (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

Des militants sont venus déverser de la terre pour dénoncer, selon eux, l'accaparement des terres agricoles par Enedis. Le ministre de la Transition écologique était sur le stand au même moment.

Les responsables politiques continuent de se succéder au Salon de l’agriculture, porte de Versailles à Paris. Mardi 26 février, le chef du gouvernement Édouard Philippe, le président du Modem François Bayrou et les ministres Jean-Yves Le Drian et François de Rugy étaient notamment présents. La visite de ce dernier, ministre de la Transition écologique et solidaire, a été perturbée par des militants de la Confédération paysanne.

François de Rugy était en pleine discussion avec les représentants du stand Enedis (gestionnaire du réseau public de distribution d'électricité), dans le hall 4 du Salon, quand les militants se sont invités, munis de seaux remplis de terre. "Enedis est un des acteurs majeurs d'accaparement des terres agricoles, a déclaré l'un d'eux. On a interpellé à plusieurs reprises, par courrier notamment, le réseau Sortir du nucléaire. On attend toujours des réponses."

Symboliquement, la terre est aux paysans. De la terre, on va vous en remettre si vous n'en avez pas assez.Un militant de la Confédération paysanneà François de Rugy

Les militants ont déversé la terre sur le sol du stand pendant que le ministre de la Transition écologique et solidaire s’éclipsait. Par la suite, François de Rugy a tenu ensuite à défendre son action dans la protection des terres agricoles. "Ce gouvernement fait beaucoup. Moi-même, en tant qu'élu local, je me suis beaucoup battu contre un certain nombre de projets qui mangeaient des terres agricoles."

Je crois que c'est un combat qu'on peut mener en commun plutôt que (...) de se montrer du doigt les uns les autres.François de Rugyà franceinfo

"On le sait bien, en France ce qui fait que les terres agricoles disparaissent, c'est l'urbanisation, les zones d'activité ou les zones commerciales. Voilà ce qui faut réussir à limiter" a-t-il précisé. Une rencontre entre le ministre et la Confédération paysanne était prévue au Salon de l’agriculture. Elle a bien eu lieu, plus tard, autour d’une table.

Vous êtes à nouveau en ligne