DIRECT. Le mouvement des éleveurs s'étend à Evreux et au Mans

Des agriculteurs bloquent les quatre principaux accès à la ville de Caen (Calvados), le 20 juillet 2015.
Des agriculteurs bloquent les quatre principaux accès à la ville de Caen (Calvados), le 20 juillet 2015. ( MAXPPP)

Les éleveurs bloquent, lundi, le périphérique de Caen pour protester contre les prix trop faibles de la viande, qui ne leur permettent pas de couvrir leurs coûts de production.

Plusieurs centaines de producteurs de lait et d'éleveurs de porcs et de bovins manifestent autour de Caen (Calvados), lundi 20 juillet, pour protester contre les prix trop faibles de la viande (porc et bœuf), qui ne leur permettent pas de couvrir leurs coûts de production.

Le périphérique de Caen bloqué. Plusieurs dizaines d'éleveurs bloquent les quatre principaux accès au périphérique de Caen. "Nous avons environ 25 tracteurs à chacun des points de blocage", affirme le président de la FDSEA du Calvados, Jean-Yves Heurtin.

Le mouvement s'étend en Normandie. Après Caen, c'est Evreux (Eure) qui va être bloquée mardi par les éleveurs, selon France Bleu Haute-Normandie. Par ailleurs, des manifestations d'agriculteurs ont aussi lieu à Lisieux (Calvados), rapporte France 3 Basse-Normandie. Ils prévoient également de bloquer le Mont Saint-Michel, indique Ouest France.

Le Foll propose de recevoir les éleveurs jeudi. Le ministre de l'Agriculture a fait savoir par le biais de son entourage qu'il proposait aux éleveurs de les recevoir jeudi. D'ici là, Stéphane Le Foll aura pris connaissance du rapport du médiateur sur les prix des productions agricoles, qu'il avait lui-même désigné. Le document doit lui être remis mercredi à 17 heures. Ce rapport doit déterminer qui des industriels ou des distributeurs freine les hausses de prix convenues dans la filière.

Les éleveurs refusent de lever leurs barrages. Malgré la proposition du ministre, les éleveurs refusent de lever leurs barrages tant que Stéphane Le Foll ne se sera pas rendu sur place. "On reste sur notre position, on veut un ministre de terrain" qui réunisse tous les acteurs de la filière, producteurs, industriels des abattoirs et des laiteries et centrales d'achat des distributeurs, déclarent les responsables des syndicats agricoles. "Il faut que Stéphane Le Foll vienne traîner ses bottes dans les exploitations agricoles (...) et fasse respecter les accords du 17 juin" avec la grande distribution.

Vous êtes à nouveau en ligne