DIRECT. Journée de mobilisation des agriculteurs : pour le ministre de l'Agriculture, ils doivent gagner davantage

Des agriculteurs bloquent l\'A35 au niveau de Strasbourg (Bas-Rhin), le 8 octobre 2019.
Des agriculteurs bloquent l'A35 au niveau de Strasbourg (Bas-Rhin), le 8 octobre 2019. (MAXPPP)

Les agriculteurs se donnent rendez-vous à l'appel de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs, mardi matin devant les préfectures, pour interpeller Emmanuel Macron. Objectif : obtenir de sa part une prise de position forte contre la déconsidération dont ils estiment être victimes et le malaise qui en découle.

"Aujourd'hui, on dit au président de la République, ça suffit, on a besoin de vous entendre." Samuel Vandaele, président des Jeunes agriculteurs, a donné sur franceinfo le ton de la journée de mobilisation qui a lieu mardi 22 octobre. Les agriculteurs se donnent rendez-vous à l'appel de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs devant les préfectures pour interpeller Emmanuel Macron. Objectif : obtenir de sa part une prise de position forte contre la déconsidération dont ils estiment être victimes et le malaise qui en découle. Suivez la situation dans notre direct.

Perturbations un peu partout en France. En Lorraine, des perturbations sont à prévoir à partir de 8h30 sur les routes autour d'Epinal. Pour la métropole du Grand-Nancy, environ trois cents tracteurs sont attendus vers midi, près du Stade Marcel-Picot. A Lyon (Rhône), les agriculteurs de la région vont s'élancer avec leurs tracteurs à partir de 10 heures sur l'A7 et l'A6 (depuis La Tour-de-Salvagny et Brignais), pour une arrivée autour de midi devant la préfecture du Rhône. A Toulouse (Haute-Garonne), à partir de 10 heures et jusqu’à 14 heures environ, les agriculteurs se rendront sur trois ronds-points pour développer des banderoles et déposer des bottes de paille.

Contre l'"agribashing" et la "déconsidération". Pour Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, le but de l'opération est d'"envoyer un message fort au président de la République, pour avoir des réponses de sa part sur les sujets que nous portons depuis le début". Parmi ces préoccupations: "l'agribashing" (le dénigrement de l'agriculture) ou la "déconsidération" du monde agricole ou de ses pratiques. Jérôme Despey a énuméré les "intrusions" des militants antispécistes dans les élevages, "la pression sur les phytosanitaires" avec les Zones de non-traitement (ZNT) de pesticides.

 "Je comprends le ras-le-bol des paysans". Le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a réagi, mardi matin, sur LCI. "Aujourd'hui, il y a un sujet qui est essentiel, c'est le revenu des agriculteurs", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Tant que les agriculteurs ne gagneront pas leur vie, ça ne pourra pas fonctionner." Lors de la dernière mobilisation nationale, le 8 octobre dernier, le syndicat majoritaire avait revendiqué quelque 10 000 agriculteurs et 6 000 tracteurs sur les routes de France.

20h09 :

Rappelons les principales informations de ce mardi :

L'Aude, l'Aveyron, l'Hérault, les Pyrénées-Orientales, le Tarn et le Gard sont en vigilance orange, principalement pour un risque d'inondations. Les précipitations devraient s'intensifier dans la nuit.

Les députés britanniques devraient être appelés à voter, ce soir, sur un projet de loi permettant de faire adopter de façon détournée le projet d'accord avec Bruxelles. Face au risque d'un nouveau rejet, Boris Johnson a menacé de retirer le texte et de demander une nouvelle élection.

Le PDG américain de Lubrizol est auditionné par le Sénat, après un passage à l'Assemblée nationale ce matin. Il a réaffirmé que l'incendie avait, selon ses informations, débuté à l'extérieur du site, et promis que les bâtiments détruits ne seraient pas reconstruits dans Rouen, mais à l'extérieur de la ville.

• Ils manifestent aujourd'hui pour dénoncer "l'agribashing" à l'appel de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs. De Lyon à Toulouse, nous vous résumons dans cet article les principales actions qui ont eu lieu.

17h47 : En cette journée de mobilisation des agriculteurs partout en France, une manifestation un peu différente s'est déroulée ce matin à Strasbourg. Des agriculteurs français et allemands, portant notamment les couleurs de la Confédération paysanne, ont défilé au côté de militants écologistes pour réclamer une autre politique agricole européenne, moins productiviste. Le cortège a réuni 650 personnes, selon la préfecture. Voici quelques images.







(FREDERICK FLORIN / AFP)

15h51 : Les manifestations d'agriculteurs se poursuivent un peu partout en France cet après-midi. Tour d'horizon grâce au réseau de France 3 et France Bleu.

14h25 : Selon une journaliste de l'AFP sur place, des incidents ont éclaté entre un convoi d'agriculteurs en tracteurs et les forces de l'ordre à Nîmes, tout à l'heure. Celles-ci ont employé des gaz lacrymogènes contre les manifestants, après qu'ils ont déversé du purin dans l'enceinte d'un centre des impôts. Certains agriculteurs ont jeté des projectiles. Le convoi est depuis reparti et se trouve maintenant au niveau des arènes de Nîmes.

14h51 : Rappelons les principales informations de ce mardi :

L'Aude, l'Hérault et les Pyrénées-Orientales sont en vigilance orange aux orages et aux inondations. Un premier pic de précipitations est attendu jusqu'à 16 heures, avant un regain attendu dans la nuit.

Le PDG américain de Lubrizol était auditionné à l'Assemblée nationale ce matin. Il a réaffirmé que l'incendie avait, selon ses informations, débuté à l'extérieur du site, et promis que les bâtiments détruits ne seraient pas reconstruits dans Rouen, mais à l'extérieur de la ville.

• Ils manifestent aujourd'hui pour dénoncer "l'agribashing" à l'appel de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs. De Lyon à Toulouse, nous vous résumons dans cet article les principales actions prévues.


• Emmanuel Macron est en visite dans l'île de l'océan Indien, pour une visite consacrée à l'immigration. Vous pouvez suivre le déroulement de cette journée chez nos confrères de Mayotte La 1ère.


Dans une tribune publiée sur franceinfo aujourd'hui, plus de 150 personnalités, comme Annie Ernaux, Julie Gayet ou Josiane Balasko appellent à défiler le 23 novembre contre les violences faites aux femmes.

12h51 : Faisons un nouveau tour d'horizon des mobilisations des agriculteurs ce midi. A Montpellier (Hérault) et Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), ils se sont réunis devant la préfecture. Au volant de leurs tracteurs et autres véhicules, ils ont également investi des axes routiers près de Saint-Etienne (Loire) et Nancy (Meurthe-et-Moselle).

14h14 : Il est midi, voici le point sur l'actualité :

Dans une tribune publiée sur franceinfo aujourd'hui, plus de 150 personnalités, comme Annie Ernaux, Julie Gayet ou Josiane Balasko appellent à défiler le 23 novembre contre les violences faites aux femmes.


• Ils manifestent aujourd'hui pour dénoncer "l'agribashing" à l'appel de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs. De Lyon à Toulouse, nous vous résumons dans cet article les principales actions prévues.




• Justin Trudeau va rempiler pour un deuxième mandat. Le Parti libéral du Premier ministre canadien sortant est en passe de remporter les élections législatives, mais devrait former un gouvernement minoritaire, selon les projections des télévisions locales.

• Emmanuel Macron est en visite dans l'île de l'océan Indien, pour une visite consacrée à l'immigration. Vous pouvez suivre le déroulé de cette journée chez nos confrères de Mayotte La 1ère.

14h12 : Pertubation à prévoir sur l'autoroute A6, en direction de Lyon, où circule un convoi de tracteurs, filmé par Le Progrès.

14h09 : Les agriculteurs ont commencé leurs actions. Plusieurs axes routiers et centres-villes sont bloqués ce matin, comme l'A9 à proximité de Nîmes (Gard), le Puy-en-Velay (Haute-Loire) et le tunnel de Toulon (Var).

10h05 : les gens qui se plaignent (dans la vraie vie ou ici) de manger mal et des effets néfastes sur la santé de notre mode d'agriculture seraient bien avisés de :1 écouter les scientifiques qui disent qu'on ne les empoisonnent pas et que l'élevage à aussi un effet positif sur l'environnement et 2. De payer plus cher pour manger des produits de qualités et rémunérer correctement la France qui se tue (littéralement) à nous nourrir. On a voulu manger de la viande pas chère on a produit la m***** à bas coût, on veut manger de la viande de qualité élevé selon des normes strictes on achète des viandes labels rouges ou autres labels gages de qualités... (surtout que si c'est plus cher on en mange moins et on remplace par des légumineuses et des œufs et bam, on fait un effort pour la planète et notre santé)! Je soutiens nos agriculteurs !

10h05 : Il est vrai que les agriculteurs ne paient pas les pesticides, engrais etc... et c'est par plaisir qu'ils mettent la dose dans la perspective de faire fortune... grâce au bon citoyen eco-responsable qui n'est pas prêt à mettre le prix mais l'est tout à fait pour un bon gros steack brésilien "bio" 🤣

10h05 : Les ptratiques de la FNSEA, lobby pro pesticides, pro agriculture intensive doivent cesser. Il serait temps d'entrer au XXIe siècle et de penser à la santé -des consommateurs comme des agriculteurs !

10h05 : Les agriculteurs ne sont pas content d’être traités d’empoisonneur et bien qu’ils changent leurs pratiques et participent à la lutte contre les pesticides dont ils sont aussi victimes alors peut-être nous changerons d’opinion sur eux

10h05 : #Agriculteurs N'oublions pas que c'est un dur labeur et que c'est grâce à eux que nous mangeons. Respect !!!

10h05 : Dans les commentaires, vous êtes toujours très partagés sur les manifestations prévues aujourd'hui contre l'"agribashing".

09h36 : Votre point de vue se défend @Samchiro75. Ce n'est cependant pas nous – comme l'indique les guillemets – qui avons créé ce mot d'"agribashing", mais les agriculteurs et leurs syndicats, comme je vous l'expliquais un peu plus tôt. Nous ne pouvons pas faire comme si ce terme, utilisé par les premiers concernés et au cœur de l'actualité du jour, n'existait pas.

09h36 : Peut-on arrêter avec les mots anglais ? Comme si ça faisait plus branché ou plus expert! Wikipedia peut vous aider à changer: « Eileen Mafficher et Alice Monchicourt proposent « bastonnage »[1], tandis que Pierre Jullien propose « matraquage » ou « dénigrement » comme équivalent pour cet emprunt lexical à l'anglais, où il signifie « rossée »[2], « raclée »[3]. En français comme en anglais, le terme est souvent précédé d'un mot qui représente le sujet sur lequel on s'acharne. On parle ainsi en 2013 de « France bashing »[4]. » Dénigrement me semble le plus proche de notre utilisation...alors, on fait quoi? Merci de la part d’un français de New York qui milite pour le français et non ces mots stupidement branchés que l’on veut coller partout, il y a toujours un mot français pour dire la même chose, la preuve les québécois y arrivent, les suisses aussi bien souvent!

09h24 : Il est 9 heures, voici le point sur l'actualité :

Dans une tribune publiée sur franceinfo aujourd'hui, plus de 150 personnalités, comme Annie Ernaux, Julie Gayet ou Josiane Balasko appellent à défiler le 23 novembre contre les violences faites aux femmes.

• Ils manifestent aujourd'hui pour dénoncer "l'agribashing" à l'appel de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs. De Lyon à Toulouse, nous vous résumons dans cet article les principales actions prévues.

• Justin Trudeau va rempiler pour un deuxième mandat. Le Parti libéral du Premier ministre canadien sortant est en passe de remporter les élections législatives, mais devrait former un gouvernement minoritaire, selon les projections des télévisions locales.

• Les Pyrénées-Orientales, l'Aude et l'Hérault ont été placés en vigilance orange aux inondations et aux orages pour 24 heures à partir de ce matin, a indiqué Météo France hier. La pluie doit commencer à tomber vers 10 heures.

08h27 : Moi qui habite en ville je n'ai pas l'impression que les Français n'aiment pas leurs agriculteurs. Bien au contraire.

08h26 : Les enfants d'agriculteurs sont aussi souvent méchamment moqués.Mon fils en a beaucoup souffert en élémentaire et au collège.

08h26 : Cela repose sur le fait que ces reproches seraient injustifiées. Et comme bien souvent, on mélange tout gaillardement depuis les attaque contre les élevages jusqu'au précaution sanitaires les plus élémentaires.

08h26 : "France veut tu encore de tes agriculteurs ?". Et bien pas à n'importe quel prix. La FNSEA doit vraiment entamer la bascule vers une agriculture avec un minimum de pesticide.

08h26 : Et l'ecolobobo bashing des agriculteurs, soutenus par leur (trop) puissant syndicat ! On n'en parle pas, et pourtant combien de frictions et altercations dès que des citoyens signalent et reprouvent des atteintes flagrantes à leur santé et l'environnement.

08h26 : Saper les pratiques des agriculteurs et leur univers de façon récurrente, gratuitement et avec des arguments discutables voire sans fondements.

09h16 : Les manifestations d'agriculteurs prévues aujourd'hui et la notion d'"agribashing" – formée des mots agriculture et bashing (qui signifie agression, attaque ou dénigrement, en anglais) – vous font réagir dans les commentaires.

09h00 : "Aujourd'hui, on dit au président de la République : 'Ça suffit, on a besoin de vous entendre.'"

Invité ce matin sur franceinfo, le président des JA, un syndicat de jeunes proche de la FNSEA, a expliqué que le but des manifestations du jour était d'interpeller Emmanuel Macron.

08h02 : Les manifestations commencent. A Nevers, des bâches ont été déployées devant la préfecture, signale un agriculteur sur Twitter.

08h55 : @anonyme : Ce terme, au cœur des manifestations aujourd'hui, a été popularisé par le principal syndicat agricole, la FNSEA, et repris par le ministre de l'Agriculture qui a proposé de créer un "Observatoire de l'agribashing". Il sert à désigner toute forme de dénigrement ou de critiques des agriculteurs, ainsi que les agressions dont ils font parfois l'objet.

07h54 : C'est quoi agribashing?

08h47 : Ils manifestent aujourd'hui pour dénoncer "l'agribashing" à l'appel de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs. De Lyon à Toulouse, nous vous résumons dans cet article les principales actions prévues.



(MAXPPP)

07h23 : Enfin, plusieurs quotidiens régionaux se penchent sur le mal-être des agriculteurs. Corse Matin fait sa une sur le dossier des aides agricoles non versées, L'Est Républicain annonce la manifestation prévue aujourd'hui contre l'"agribashing".

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne