Crise du lait : "On détourne les regards de la réalité des problèmes"

 Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne.
 Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Les représentants des éleveurs laitiers et du groupe Lactalis se rencontrent ce jeudi à Paris pour tenter de dénouer la crise actuelle. Depuis quatre jours, les producteurs de lait bloquent le siège du géant laitier à Laval, en Mayenne, pour obtenir une hausse du prix du lait.

Sur franceinfo ce jeudi, Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, s'étonne que son organisation n'ait pas été conviée à cette réunion. "Soit on est tous dans la même barque, et on négocie tous ensemble, soit on décide que l'on fait un gros coup de communication sur Lactalis, ce qu'est en train de faire Xavier Beulin (le président de la FNSEA), et on détourne les regards de la réalité des problèmes. Aujourd'hui, le problème du marché laitier c'est que certaines entreprises paient très mal leur lait, Lactalis en premier lieu, mais pas seulement. Le groupe Sodiaal, qui est dirigé par un adhérent de la FNSEA, Damien Lacombe, est lui aussi dans les plus mauvais payeurs."

La Confédération paysanne prépare elle aussi des actions intenses pour le mois qui vient. Mais Laurent Pinatel rappelle que le problème n'est pas seulement un problème dû à Lactalis ou à Sodiaal. "On ne peut plus parler de crise de l'élevage. Il faut parler de crise du modèle agricole. Il y a des gens qui ont demandé que l'agriculture soit tournée vers l'export, c'est les agro-industriels. Et le représentant de l'agro-industrie en France aujourd'hui s'appelle Xavier Beulin. Curieusement il est président de la FNSEA. Il y a une espèce de double jeu inacceptable. Autant on soutient les éleveurs dans leur détresse, mais de grâce, que les éleveurs fassent le ménage chez eux et se dotent d'un vrai leader syndical et non pas d'un agro businessman qui est là pour faire du fric sur leur dos."