Crise du lait : la politique agricole actuelle condamne "des milliers de paysans"

Manifestation des producteurs de lait devant l\'usine Lactalis de Laval le 23 août 2016
Manifestation des producteurs de lait devant l'usine Lactalis de Laval le 23 août 2016 (CHRISTIAN WATIER / MAXPPP)

Les producteurs de lait seront ce vendredi à Blois (Loir-et-Cher) pour distribuer du lait. Une contre-manifestation organisée par la Confédération paysanne alors que les ministres européens de l’Agriculture se réunissent à quelques kilomètres, à Chambord, pour discuter de l'avenir de la PAC.

Hervé Bédoué, membre du bureau de la Confédération départementale d’Indre-et-Loire, invité de franceinfo, a dit attendre "une inflexion de la politique agricole actuelle qui est en train de condamner des milliers de paysans."

"On traverse une crise agricole très grave. Il n'y a pas eu de précèdent. Cela remet en cause le modèle actuel, le productivisme. Il faut renouveler le modèle agricole. Rendre les fermes plus autonomes, plus résilientes pour résister aux conditions du marché mais à la fois aux conditions météorologiques", a-t-il expliqué.

Pour Hervé Bédoué, la crise du lait est avant tout européenne

"L'Union européenne est en train de prendre la mesure de l'ampleur de la crise. Elle n'est pas seulement française, elle est européenne. Il y a aura d'autres agriculteurs italiens et espagnols qui viendront se joindre à nous lors de la distribution de lait. Si rien n'est fait, on court à un désastre économique et social".

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, a annoncé il y a quelques jours une réduction de la production de lait en France de 5 % au dernier trimestre pour faire remonter les prix. Une mesure que Hervé Bédoué juge "positive" mais tardive. "Il faut savoir si cela va être étendu aux autres pays européens. Si la France fait des efforts, tous les autres pays européens doivent faire des efforts. Le problème est européen, il y a trop de lait", a-t-il expliqué.

Hervé Bédoué, membre du bureau de la Confédération départementale d’Indre-et-Loire : "L'Union européenne est en train de prendre la mesure de l'ampleur de la crise"
--'--
--'--