Pourquoi l'agriculture française va si mal

FRANCE 2

Les agriculteurs sont montés à Paris pour clamer leur ras-le-bol et demander des mesures de la part du gouvernement.

Ils sont très remontés. Rassemblés à Paris, les agriculteurs se sentent étranglés par la chute des prix et l'empilement des normes. Conséquence ? Le nombre d'exploitations est en chute libre. "Plus de 1,5 million d'exploitations il y a quarante ans. Trois fois moins aujourd'hui, avec 491 000", rapporte le journaliste Valéry Lerouge sur le plateau de France 2.

Si le revenu moyen de ces éleveurs s'élève à 2 000 euros nets par mois, il y a de nombreuses disparités. "Ce sont les viticulteurs qui s'en sortent le mieux, généralement [ils gagnent] deux fois plus, comme les céréaliers. Et au bas de l'échelle, on trouve les éleveurs de porcs et de bœufs, qui gagnent deux fois moins environ", note le journaliste.

Concurrence déloyale

Pourquoi les agriculteurs français sont-ils moins compétitifs que leurs voisins européens ? "D'abord le coût du travail : plus de charges, plus de normes et une sorte de concurrence déloyale puisque les Allemands recourent beaucoup à des travailleurs détachés", explique Valéry Lerouge. Et d'ajouter : "Deuxième handicap, la taille de nos exploitations : 200 bêtes en moyenne dans un élevage français, 500 en Allemagne et 1 000 en Espagne".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne