Des communes à vendre en soutien aux agriculteurs

Avec la nouvelle carte des zones défavorisées, plusieurs agriculteurs français se retrouvent en difficulté. Certaines communes se sont mises "en vente" pour les soutenir.

"Maison à vendre". Depuis quelques heures, ces panneaux fleurissent dans plusieurs communes françaises. En réalité, rien n’est à vendre, c’est purement factice. Des communes, comme dans l’Aude, ont décidé de soutenir leurs agriculteurs. Elles veulent aussi protester contre l’exclusion possible de leurs éleveurs de la carte des zones défavorisées dont la réforme est actuellement en discussion. Et même les maires sont solidaires. "Si nos agriculteurs arrêtent leur activité et s’en vont… sans agriculture il n’y a plus de milieu rural où la vie est encore intéressante", explique Denis Juin, maire d’une commune de l’Aude.

1.400 communes concernées

Les agriculteurs ne bénéficieraient en effet plus de l’ICHN (indemnité compensatoire de handicap naturel). Un dispositif pour les exploitations placées sur terrains difficiles. "L’année dernière, on s’est dégagés 20.000 à nous deux et on a touché 13.000 euros sur la ferme, ça nous met en difficulté", déplore Yann Vétois éleveur de brebis. En France, près de 1.400 communes sont concernées et beaucoup espèrent une réintégration dans ces zones malgré cette réforme voulue par l’Europe.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne