Crise porcine : même à 1,40 euro, les éleveurs craignent de disparaître

FRANCE 3

Les deux principaux acheteurs refusent de s'aligner sur le prix fixé par le gouvernement. France 3 a rencontré un éleveur très inquiet.

La crise porcine s'enlise toujours ce mercredi 12 août. Vraisemblablement, la Cooperl et Bigard - les deux principaux acheteurs de porcs - boycotteront à nouveau le marché de Plérin jeudi, refusant de payer le kilo de viande à 1,40 euro. Un accord semblait pourtant trouvé il y a quelques semaines.

Paul Auffray, éleveur des Côtes-d'Armor, broie du noir. Ses acheteurs respecteront le prix fixé, mais celui-ci ne fait qu'assurer ses coûts de production. Et il doute que ce prix soit suffisant pour ses collègues. "On peut estimer le pourcentage d'éleveurs en difficulté à près de 40%", confie-t-il à France 3.

Des "pratiques mafieuses"

Celui qui est aussi président de la Fédération nationale porcine estime que la filière française ne lutte pas à armes égales avec ses concurrentes européennes, notamment allemande : "Les industries allemandes ont des pratiques qui sont pour moi mafieuses".

Chaque année, la production française diminue de 2% et perd un éleveur par jour, selon la fédération porcine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne