Crise des agriculteurs : les grandes surfaces jouent-elles le jeu ?

France 2

L'été dernier, la grande distribution s'était engagée sur la question de la rémunération des éleveurs. France 2 fait le bilan.

La colère des éleveurs ne retombe pas. Parmi les accusations qui reviennent, il y a l'idée que les grandes enseignes ne joueraient pas le jeu de la transparence des marges. Le journaliste Jean-Paul Chapel fait le point.
"Prenons l'exemple du porc. Les enseignes ont plutôt joué le jeu. L'été dernier au plus fort de la crise, la grande distribution s'était engagée à ce que les leveurs ne produisent pas à perte. En clair qu'ils puissent vendre leur porc à 1,40 euro le kilo. Ça n'a pas été respecté, mais ce n'est pas complément de leur faute. C'est surtout de la faute des intermédiaires. C'est à dire les abattoirs qui eux aussi s'étaient engagés et très vite ces abattoirs ont préféré acheter au prix mondial donc moins cher. Leur engagement 'a tenu que deux mois", souligne le journaliste de France 2.

Prix du lait

Même constat pour le bœuf. "L'engagement collectif était d'augmenter les prix de 20 centimes, ils n'ont augmenté que de dix centimes. Chacun se renvoie la balle, la grande surface accuse l'intermédiaire et réciproquement", note Jean-Paul Chapel. Autre produit et autre constat. Les enseignes s'étaient engagés à garder les prix de 2014 en 2015 pour les litres de lait et l'engagement a été tenu.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne