Agriculture : un eurodéputé pointe l'"impact négatif" de la PAC sur l'emploi

Une exploitation agricole, à Bergheim (Haut-Rhin), le 20 avril 2016. 
Une exploitation agricole, à Bergheim (Haut-Rhin), le 20 avril 2016.  (HENNING KAISER / DPA / AFP)

Selon le socialiste Eric Andrieu, l'attribution des aides en fonction la surface des exploitations nuit aux exploitations familiales et à la création d'emplois.

Il faut repenser la Politique agricole commune (PAC). Dans un rapport révélé par Le Figaro, mardi 26 avril, l'eurodéputé Eric Andrieu assure que les dépenses de la PAC, premier budget européen, n'ont pas permis de créer des emplois. Au contraire, le dispositif a favorisé la concentration des exploitations agricoles, explique le socialiste. "Au mieux, [la PAC] a permis de maintenir les 22 millions de postes de travail de l'agriculture en Europe", écrit Le Figaro.

Rappelant que 80% des dépenses de la PAC portent sur des aides directes liées uniquement à la surface des exploitations, il estime que "les réformes successives adoptées depuis 1992 ont laissé libre cours au marché et ont fragilisé l'agriculture familiale, à l'avantage des modèles d'exploitations intensifs orientés vers les marchés à l'export".

Des aides "dénuées de tout sens de la réalité"

"Ces aides sont dénuées de tout sens de la réalité et favorisent la concentration des exploitations agricoles avec un impact négatif sur l'emploi en milieu rural", dénonce Eric Andrieu. Ainsi, "le nombre d'exploitations européennes a chuté de 20% rien qu'entre 2007 et 2013, passant de 13,6 millions à 10,8 millions six ans plus tard", selon les dernières statistiques officielles d'Eurostat, citées par Le Figaro.

Jugeant qu'"une PAC en faveur de l'emploi est possible", l'eurodéputé préconise de soutenir jeunes agriculteurs et exploitations familiales afin d'en limiter les effets pervers et souhaite que ses objectifs soient repensés, notamment en prenant en compte les demandes des consommateurs d'une alimentation saine.

Dans un contexte de crise chez les agriculteurs, ce rapport passera en commission Agriculture du Parlement européen le 14 juillet 2016, avant d'être examiné en session plénière à Strasbourg (Bas-Rhin) en septembre, poursuit le site.

Vous êtes à nouveau en ligne