Agriculteurs : la crise se poursuit

La profession à bout de souffle attendait beaucoup d'un échange entre les principaux syndicats agricoles et le chef de l'État. Mais aucune nouvelle mesure n'a été annoncée.

Une petite centaine d'agriculteurs tiennent ce mardi 2 février un barrage filtrant entre Cahors (Lot) et Montauban (Tarn-et-Garonne). Tous souhaitent des mesures fortes pour sortir de la crise, comme des prix plus élevés pour le lait et le porc et des allègements de charges pour être plus compétitifs. Ces demandes ont été présentées ce mardi à François Hollande par Xavier Beulin, patron du premier syndicat agricole. Il affirme avoir eu l'oreille du président, mais sans réponse concrète. "On appelle au calme, on appelle aux responsabilités des uns et des autres, mais ne me demandez pas de duire aujourd'hui à des gens qui perdent 6 000 euros chaque semaine de rentrer chez eux. Ce n'est pas possible aujourd'hui", a commenté Xavier Beulin de la FNSEA.

Des manifestants déterminés

Le message a été reçu par les manifestants qui se disent déterminés à poursuivre leurs actions. D'après eux, il s'agit d'une question de survie pour leur activité.

"Ce ne sont pas des subventions de pacotille qui vont réussir à résoudre quoi que ce soit. Il faut que l'État nous laisse travailler et surtout qu'il resserre par rapport à une Europe qui ne marche pas"
, témoigne un agriculteur. Ils espèrent des décisions du gouvernement dans les prochains jours.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne