Agribashing : des éleveurs connectés pour lutter contre les clichés

france 3

Critiqué pour l'utilisation de pesticides, le monde agricole est victime d'agribashing. Des exploitants ont décidé d'expliquer leur métier, notamment via les réseaux sociaux.

Laurent Gasc est un agriculteur ultraconnecté. Tous les jours, il publie sur Twitter les paysages du Tarn qui rythment son quotidien. L'éleveur s'est mis aux réseaux sociaux pour partager sa passion du terroir et de son métier. Laurent est suivi par 4 000 abonnés, mais son père, agriculteur à la retraite, est plutôt sceptique face à cette génération de paysans connectés. "Ça prend beaucoup de temps et ça n'amène pas grand-chose économiquement", estime Jean-Pierre Gasc.

L'agriloving contre l'agribashing

À Nolay, en Côte-d'Or, Baptiste Colson essaye lui aussi d'être un agriculteur actif sur les réseaux sociaux. Comme Laurent Gasc, il compte sur ces contenus pour redorer l'image du métier face à un agribashing agressif en ligne. Les exploitants sont de plus en plus nombreux à rallier les rangs de "l'agriloving", la communauté des amoureux de l'agriculture.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne