Consommation : un label pour attester de la conversion vers le bio

FRANCE 2

En Occitanie, un nouveau label bio apparaît pour indiquer que les produits sont "en conversion" et inciter les agriculteurs comme les consommateurs.

Certains produits sont vendus comme étant "en conversion vers l'agriculture biologique". Le label bio s'obtient après trois ans d'ajustement pour les agriculteurs. La première année, ils doivent se passer des pesticides de synthèse et le désherbage se fait mécaniquement. Trois années qui sont importantes selon Xavier de Rozières, vigneron en conversion à Portel-des-Corbières (Aude) car le sol doit "récupérer une certaine faune et une certaine flore". Mais pendant cette période, les produits ne sont pas mieux payés alors que le travail coûte plus cher.

Des techniques pour inciter à la conversion

Alors, pour compenser cette période difficile économiquement, une coopérative qui fabrique du jus de pomme a trouvé une solution. Au lieu d'acheter les pommes d'un producteur en conversion 155 euros la tonne, elle la paye 180 euros dès la deuxième année. Avec le label bio, le prix passera à 230 euros la tonne. Pour garantir la qualité des produits, la coopérative fait analyser les pommes de chaque producteur pour chercher les pesticides, absents d'après les résultats. Dans la région Occitanie, les viticulteurs en conversion vers le bio ont créé un nouveau label : CAB pour "conversion vers l'agriculture biologique". En 2022 en France, 40% de surfaces supplémentaires seront labellisées bio.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne