Cédric Villani : "Je milite pour la montée en gamme de notre secteur agricole"

France 2

Le député Cédric Villani est l'invité de Dimanche en politique, ce 23 septembre.

Député et mathématicien, Cédric Villani est l'invité de Dimanche en politique, aujourd'hui 23 septembre. L'occasion, notamment, de revenir sur la réforme du bac et de l'enseignement au lycée, mais aussi sur la condition animale dans le système agricole français.

Mais celui qui a été un soutien d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris et qui a rejoint la majorité évoque d'abord l'éventualité d'un candidat En Marche aux municipales face à Anne Hidalgo. Il explique : "Je pense que le programme d'Anne Hidalgo était bon, je pense qu'il y a eu des problèmes importants sur la méthode qui justifie que LREM présente un candidat face à Anne Hidalgo. Édouard Philippe serait un grand maire de Paris, mais nous ne sommes pas ici pour choisir un nom maintenant".

Plus de maths obligatoires au lycée ?

La réforme du bac prévoit la suppression des mathématiques en tant qu'enseignement obligatoire. Éminent mathématicien, Cédric Villani ne dramatise pas pour autant. Il explique : "Sont prévues dans la réforme des heures hebdomadaires de sciences pour tous, qui comprendront aussi un cours de mathématiques. L'objectif de la réforme, c'est que ceux qui veulent vraiment faire des sciences et ceux qui ne veulent pas aient un cours adapté pour ne plus se retrouver avec une situation dans laquelle même ceux qui ne veulent pas faire de sciences allaient en série S".

Fervent défenseur de la cause animale, Cédric Villani est également interrogé sur les mesures concernant le broyage des poussins, revues dans la loi Travert par la majorité. "Nous n'avons pas été ambitieux, concède-t-il. Il y avait quand même des progrès. Le texte regrette qu'on ne soit pas allé plus loin mais salue les progrès. On aura d'autres occasions de revenir sur ce sujet et, en tout cas, je me battrais pour. Je milite pour qu'on travaille en France sur la montée en gamme du circuit agricole, des circuits bio, des circuits courts, des filières dans lesquelles il y a un respect du bien être animal. Si nous avons de plus en plus de citoyens qui se détournent de la viande au profit d'une meilleure consommation, c'est aussi par cela. Il faut travailler sur le bien-être animal et sur la qualité, ce sera une façon de redynamiser le secteur agricole."

Vous êtes à nouveau en ligne