Alimentation : la grande distribution fait du bio à grande échelle

FRANCE 2

Si de plus en plus de producteurs se convertissent au bio, la grande distribution elle aussi s'y investit, car le secteur est porteur.

C'est une déferlante bio. L'an dernier le secteur a progressé de 15%, et tout le monde s'y met à commencer par les agriculteurs, qui consacrent 7,5% de la surface agricole utile à l'agriculture biologique, contre 6,5 en 2017. Les grandes surfaces jouent un rôle primordial dans ce secteur, car elles vendent la moitié des produits estampillés bio. Elles poussent même les producteurs à se convertir. Les magasins dédiés se multiplient, et les rayons gagnent du terrain, au point de penser que le bio pourrait bien être en train de sauver les grandes surfaces en crise. 

Les grands groupes vont "dans les champs"

 Le chiffre d'affaires du bio est en forte augmentation pour la grande distribution, avec une hausse de 22,6% en 2018. Il s'agit même de la seule poche de croissance. "Un groupe comme le nôtre va de plus en plus directement dans les champs, sans passer par des intermédiaires, pour être de plus en plus agressif au sens positif du terme, pour rendre le produit plus disponible en terme de prix, plus accessible. C'est ça notre démarche", explique  Benoît Soury, directeur du marché bio de Carrefour.

 La démarche va jusqu'à aider les agriculteurs à passer en bio, à l'image d'un arboriculteur dans la Drôme. Il est en conversion depuis un an et doit faire face à des coûts supplémentaires, sans avoir droit de vendre plus cher pendant trois ans. "On va perdre entre 20 et 30% des volumes", explique-t-il. Mais pour compenser, le géant de la grande distribution va lui donner un bonus pendant la conversion.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne