Alimentation : c'est parti pour quatre mois d'états généraux

France 3

Les états généraux de l'alimentation ont été lancés ce jeudi 20 juillet par le gouvernement. L'idée est que l'agriculteur soit payé au juste prix et que la qualité de l'alimentation s'améliore sur fond de transition écologique.

Des arboriculteurs qui déversent des tonnes de pêches devant un supermarché, surproduction du melon, effondrement du prix de la viande ou du lait, sécheresse... L'agriculture est en crise permanente. C'est la question centrale des états généraux de l'alimentation lancés ce jeudi 20 juillet au matin à Paris par Édouard Philippe. Questions de revenu, d'endettement, de qualité de vie, pour Charles Fossé, agriculteur breton, il y a aussi un besoin de reconnaissance de la place des agriculteurs dans la société.

Le consommateur veut du goût

Les états généraux réunissent les acteurs principaux de la terre à l'assiette. Le consommateur, lui non-plus, n'est pas toujours content de ce qu'il trouve dans son assiette. Aline Jouette, maraîchère normande, en est consciente : "Ils veulent avoir des produits qui ont du goût". Réconcilier tous les acteurs de la filière, c'est l'enjeu des états généraux de l'alimentation qui se termineront en novembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne