Agriculture et Liberté : la communauté créée par le lobbying de Monsanto

FRANCEINFO

Selon les documents d'"Envoyé spécial", Monsanto aurait recruté des agriculteurs et leur aurait livré des textes à publier dans la presse, visant à promouvoir l'utilisation du glyphosate.

Pour le compte de Monsanto, une entreprise de lobbying a créé une curieuse association d'agriculteurs, réunis pour défendre le glyphosate. Le mouvement est créé de toutes pièces, il s'agit d'un artifice bien connu des lobbyistes. En référence à une marque américaine de gazon artificiel, on l'appelle Astro turfing. Le collectif Agriculture et Liberté est à première vue créé par des producteurs. En apparence, il s'agit d'un gigantesque réseau d'agriculteurs très engagés dans la défense du glyphosate. Mais selon les documents d'"Envoyé spécial", tout cela ne serait au départ qu'une coquille vide, le fruit de l'imagination de communicants travaillant pour Monsanto.

Une commande de Monsanto

En 2016, ils lancent Freedom to farm, Agriculture et Liberté, dans plusieurs pays. Rien d'illégal, mais une forme de lobbying tabou, très offensive et très efficace. Vincent Guyot est l'un des plus célèbres adhérents d'Agriculure et Liberté. Un agriculteur proglyphosate et très médiatique, hyperactif sur le web. Il avait notamment publié une tribune pour défendre le glyphosate, mais sur le site des Échos, qui publie le texte, il est signé Julie Dramard. Elle est communicante et a pour client la firme. Vincent Guyot reconnaît finalement avoir reçu un peu d'aide et que cette tribune lui a été en réalité commandée pour contrer une pétition de parlementaires français opposés au glyphosate.

Vous êtes à nouveau en ligne