L'usine TIM au bord de la liquidation

Cette vidéo n'est plus disponible

Inquiétude chez les employés de l'entreprise TIM, située à Quaëdypre près de Dunkerque (Nord). La justice pourrait placer la société en liquidation judiciaire dès demain. Non sans amertume, les salariés regardent la mobilisation et la médiatisation autour de GM&S.

De l'activité de l'usine TIM, il ne reste pas grand-chose. Quelques cabines d'engins de travaux publics, peut-être les dernières. "Vous pouvez le constater, le parc est pratiquement vide. En 2012, ce parc-là était plein", déplore Olivier Lamotte, membre de la CFDT. C'est la conséquence d'une baisse des commandes de ces cabines et d'un manque d'investissement. Résultat : un chiffre d'affaires aujourd'hui trop maigre pour maintenir l'emploi.

500 emplois menacés

Les 500 salariés menacés ont le sentiment d'être passés inaperçus. À la colère, se mêle également du pessimisme. Fabien Sines travaille ici depuis 21 ans et il n'y croit plus depuis longtemps. "Quand je voyais la situation se dégrader, je me suis dit soit je fais des formations, soit je postule ailleurs. On prépare déjà pratiquement tous des CV". Deux offres de reprise ont été mises sur la table. Une seule reste en lice, celle d'un industriel bulgare. Le tribunal de commerce de Lille (Nord) tranche demain. Si l'usine ferme, toutes les activités alentour vont en pâtir. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne