Conforama : "La direction a peur de rencontrer les salariés", selon le représentant syndical CFDT

Une enseigne Conforama à Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais).
Une enseigne Conforama à Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais). (DENIS CHARLET / AFP)

Le comité central d’entreprise, qui devait se tenir mardi matin, n'a finalement pas eu lieu.

"La direction a peur de rencontrer les salariés", a affirmé mardi 2 juillet sur franceinfo Pascal Jacquemin, représentant syndical CFDT Conforama, alors que le comité central d’entreprise (CCE) n’a pas eu lieu mardi matin au siège social de Lognes (Seine-et-Marne) comme prévu. Pourtant, les syndicats étaient bien présents, comme l’a rapporté Mouloud Hammour, élu Force ouvrière et secrétaire du comité central d’entreprise, qui a fait constater cette situation par huissier.

Pascal Jacquemin dénonce la délocalisation en dernière minute du comité d’entreprise et dénonce les "erreurs de stratégie et les mauvais choix de la direction depuis plusieurs années", qui aboutit selon les syndicats à ce plan de 1 900 suppressions de postes en France.

franceinfo : Un comité central exceptionnel devait avoir lieu ce matin. Ce n’est pas très clair, que s’est-il passé ?

Pascal Jacquemin : Nous avons reçu une convocation pour assister à un comité central d’entreprise à Lognes [Seine-et-Marne], au siège social de Conforama, au 80 boulevard de Mandinet. Nous nous sommes présentés ce matin à 8h30. Entre-temps, la direction a décidé unilatéralement de délocaliser la réunion à Torcy, dans un hôtel Campanile. Pour l’instant, le comité n’a pas lieu. Nous attendons que la direction tienne ses engagements et vienne tenir la séance à Lognes, comme c’était indiqué sur la convocation.

Comment analysez-vous ce changement de lieu de la part de la direction ?

D’après ce que nous avons pu entendre, la direction a très peur de rencontrer les salariés et d’être face à des salariés. Honnêtement, nous ne sommes pas des voyous, nous ne sommes pas des casseurs. Nous sommes des élus et des syndicalistes. Nous défendons les salariés, nous faisons tout pour que les salariés puissent préserver leurs emplois et qu’il y ait un minimum de casse social. Or Conforama ne l’entend pas de cette oreille et ne raisonne que financièrement. Ce qu’on attend, c’est que la direction vienne devant nous, qu’elle nous explique ce qu’elle a prévu dans son plan social. Aujourd’hui, nous voulons avoir beaucoup plus de détails pour pouvoir informer les salariés à quelle sauce nous allons être mangés par cette direction qui est peu soucieuse d’un bon dialogue social et d’un bon climat social dans l’entreprise.

Comment Conforama en est arrivé là selon vous ?

Que des erreurs ! Que des erreurs de stratégie, des mauvais choix. À la CFDT, cela fait plusieurs années que nous dénonçons certains projets pénalisants pour l’entreprise et surtout dangereux pour les salariés. La direction a une telle suffisance et une telle arrogance qu’elle est sûre d’elle. Elle nous a toujours dit que nous n’étions que des élus et des syndicalistes et que nous ne connaissions pas la vraie vie. Or, nous, nous sommes dans la vraie vie, nous sommes sur le terrain et nous vivons au quotidien les erreurs de la direction.

Vous êtes à nouveau en ligne