Valls annonce une baisse d'impôt sur le revenu pour les classes moyennes

Le Premier ministre, Manuel Valls, prononce le discours de clôture de la conférence sociale, le 8 juillet 2014, à Paris.
Le Premier ministre, Manuel Valls, prononce le discours de clôture de la conférence sociale, le 8 juillet 2014, à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Le Premier ministre a prononcé le discours de clôture de la conférence sociale, un rendez-vous boycotté par plusieurs syndicats.

Manuel Valls a annoncé qu'une baisse d'impôt sur le revenu pour les classes moyennes serait inscrite dans la loi de finances 2015. Le Premier ministre a fait cette annonce, mardi 8 juillet, dans son discours de clôture de la 3e conférence sociale du quinquennat de François Hollande, un rendez-vous politique boycotté par quatre syndicats.

Le chef du gouvernement a livré la "feuille de route" sociale du gouvernement pour l'année à venir, dans un hémicycle du Conseil économique, social et environnemental déserté par la CGT, FO, la FSU et Solidaires, qui reprochent au Premier ministre de fouler aux pieds le dialogue social et de multiplier les concessions au patronat.

L'emploi des jeunes doté de 540 millions d'euros

Le Premier ministre a également annoncé que le gouvernement consacrerait 540 millions d'euros supplémentaires pour favoriser l'emploi des jeunes, dont 260 millions de fonds européens. L'Etat mobilisera 160 millions d'euros de fonds européens sur deux ans pour aider plus de 130 000 jeunes en grande difficulté, dont 65 000 qui bénéficieront d'un accompagnement spécifique par Pôle emploi, a-t-il dit.

Cent millions d'euros supplémentaires, également puisés dans les fonds européens, seront dédiés en deux ans à l'insertion des jeunes, en particulier les apprentis. Par ailleurs, 80 millions d'euros seront consacrés au financement de nouvelles formations et à l'augmentation des capacités d'hébergement dans le cadre du programme d'investissements d'avenir, a-t-il ajouté.

Manuel Valls a enfin déclaré que 200 millions d'euros de plus seraient dégagés et votés "dès la semaine prochaine" pour soutenir la politique gouvernementale en faveur de l'apprentissage et atteindre l'objectif de 500 000 apprentis. Cette enveloppe, a-t-il expliqué, financera notamment une aide de 1 000 euros pour les employeurs recrutant pour la première fois un apprenti, dans les secteurs professionnels où un accord de branche aura été conclu.

Vous êtes à nouveau en ligne