Conférence sociale : chômage, apprentissage, syndicats... Ce qu'il faut retenir du discours de Hollande

François Hollande au cours de son discours à l\'occasion de la conférence sociale au Conseil économique, social et environnemental à Paris, le 7 juillet 2014.
François Hollande au cours de son discours à l'occasion de la conférence sociale au Conseil économique, social et environnemental à Paris, le 7 juillet 2014. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Le président de la République s'est exprimé à l'occasion de cette première journée marquée par le boycott de certains syndicats. Francetv info décrypte les principales déclarations du chef d'Etat.

François Hollande a vanté sa méthode du dialogue social. Le président de la République s'est exprimé, lundi 7 juillet, à l'occasion de la première journée de la conférence sociale, son rendez-vous annuel pour mener les réformes face au chômage de masse, marqué par le boycott de la journée de mardi par FO et la CGT.

Dans son discours, le chef de l'Etat s'est adressé aux partenaires sociaux, et a esquissé deux priorités : l'apprentissage et le chômage de longue durée.

Un message aux syndicats et au patronat

Le chef de l'Etat a critiqué le boycott de la CGT et de FO, qui ont annoncé qu'ils ne participeront pas au deuxième jour de la conférence sociale. François Hollande, lui, défend sa méthode de dialogue, qui "favorise le compromis, fondé sur le donnant-donnant".

"Chacun doit être à sa place et nous devons tous être rassemblés pour agir", a-t-il poursuivi, mettant en garde contre "une perpétuelle surenchère" ou un "discours incantatoire".

Au patronat, il a demandé de "s'emparer" du pacte de responsabilité "de manière urgente", pour "aboutir à de vrais résultats" en terme de créations d'emplois. Selon lui, "encore trop de branches" professionnelles n'ont pas entamé les négociations sur les contreparties aux 40 milliards d'euros d'aides octroyées aux entreprises.

Une rencontre sur l'apprentissage en septembre

Le gouvernement s'est fixé "un objectif ambitieux", de l'aveu même de Manuel Valls : 500 000 apprentis à l'horizon 2017, même si leur nombre a même reculé l'an passé.

Pour parvenir à lever "les blocages", "les obstacles" au développement de l'apprentissage, François Hollande a annoncé une rencontre entre les partenaires sociaux et l'Etat "dès le mois de septembre". Il a également fixé pour objectif d'accueillir d'ici à la rentrée 2016 quelque 10 000 apprentis dans la fonction publique.

Le chômage de longue durée, "cause nationale"

François Hollande a érigé le chômage de longue durée en "cause nationale", annonçant l'ouverture d'une négociation patronat-syndicats sur ce sujet.

Le président de la République a retenu une proposition de l'ex-dirigeant d'EADS. Louis Gallois a évoqué "la conclusion d'un accord national sur le chômage de longue durée, afin que nous puissions mobiliser tous les partenaires sociaux, toutes les entreprises".

Vous êtes à nouveau en ligne