VIDEO. Assurance chômage : "Il faut que le patronat revienne avec des propositions tangibles sur la taxation des contrats courts"

RADIO FRANCE

Le leader de la CFDT a prévenu vendredi sur franceinfo, qu'il n'y aurait pas de "discussion possible" sans propositions du Medef.

"Il faut que le patronat revienne avec des propositions tangibles sur les contrats courts, sinon il n'y a pas de discussion possible", a mis en garde, vendredi 1er février, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger.

Le Medef, qui a claqué la porte lundi de la négociation sur l'assurance chômage pour protester contre les déclarations d'Emmanuel Macron sur le "bonus-malus", va revenir à la table des discussions, a indiqué jeudi soir son président, Geoffroy Roux de Bézieux. "Je trouve que c'est assez désagréable d'apprendre une suspension de la négociation de façon unilatérale, mais du coup pour la rouvrir, il faut être deux, a souligné Laurent Berger. Et pour être deux, c'est clair : il faut que le patronat revienne avec des propositions tangibles sur la taxation des contrats courts, sur la réduction du nombre de contrats courts et très courts qui se développent dans les entreprises."

"Si ce n'est pas le cas, le gouvernement a dit qu'il ferait le 'bonus-malus' par la loi", a-t-il rappelé. "Nous, on fait une proposition de cotisation dégressive à l'assurance chômage pour les employeurs, c’est-à-dire très élevée les premiers jours, le premier mois, et qui va en descendant pour inciter à garder les salariés dans l'entreprise", a avancé le numéro un de la CFDT. "Cette proposition, il faut que le patronat l'étudie sérieusement", a martelé Laurent Berger.

Vous êtes à nouveau en ligne