Un tiers des chômeurs changent de métier à la reprise d'un emploi

Les chômeurs les plus concernés par un changement de domaine lors de la reprise d\'un emploi sont les jeunes, les femmes et les chômeurs de longue durée.
Les chômeurs les plus concernés par un changement de domaine lors de la reprise d'un emploi sont les jeunes, les femmes et les chômeurs de longue durée. ( MAXPPP)

Selon une étude menée par Pôle emploi, c'est plus souvent par nécessité que par choix qu'un demandeur d'emploi change de domaine pour retrouver un travail. 

Quelque 37% de chômeurs changent de métier lorsqu'ils reprennent un emploi. C'est ce qui ressort d'une étude de Pôle emploi, publiée lundi 14 avril, qui souligne surtout une mobilité professionnelle souvent dictée par la nécessité. Seule une minorité de ces ex-chômeurs change ainsi de métier par choix "raisonné" (34%). La majorité (58%) cite plutôt "l'urgence ou l'obligation de travailler, assortie d'une absence d'alternative" comme "motif principal" de leur changement de domaine professionnel.

C'est surtout le cas des femmes, qui sont "plus nombreuses que les hommes à évoquer des contraintes personnelles ou l'urgence de retrouver un emploi pour expliquer leur mobilité". Les populations les plus touchées par la mobilité professionnelle sont "les jeunes", les "moins qualifiés" et les "chômeurs de longue durée".

La seule issue pour sortir du chômage

Chez les jeunes, les "moins de 25 ans" sont particulièrement concernés, car ils sont "moins expérimentés et/ou moins 'installés' dans le domaine professionnel qu'ils recherchent", explique l'étude.

Chez les chômeurs de longue durée (plus d'un an d'ancienneté au chômage) ou de très longue durée (plus de deux ans), cela témoigne des "difficultés considérables rencontrées par certains à retrouver un emploi, a fortiori dans leur domaine. Le changement de métier se présente alors comme la seule issue possible pour sortir du chômage". "Ne pas être indemnisé ou être allocataire d'une allocation de solidarité" peuvent alors être des facteurs déclenchant la mobilité.

L'étude met également en avant des disparités régionales, notant une "moins importante propension à changer de métier" en Ile-de-France que dans le reste de la métropole, grâce à "des opportunités d'emploi plus nombreuses et plus variées".

L'étude se base sur deux enquêtes auprès de 13 000 et de 30000 demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi fin décembre 2009 en catégories A, B et C (sans aucune activité ou avec une activité réduite), puis sortis des listes pendant une période de 12 mois consécutifs minimum, suite à une reprise d'emploi. N'est traitée par l'étude que la mobilité professionnelle "externe", impliquant "un changement de milieu professionnel".

Vous êtes à nouveau en ligne