VIDEO. Oise : un maire veut suspendre le RSA des bénéficiaires qui s'alcoolisent sur la voie publique

France 2

L'édile de Pont-Sainte-Maxence a signalé un premier cas au département, chargé de verser cette allocation. L'homme a vu son allocation amputée de 80% pour trois mois, mais pas en raison de son alcoolisation, nuance le conseil départemental.

Pour lutter contre l'ivresse sur la voie publique, le maire de Pont-Sainte-Maxence, dans l'Oise, plaide pour une nouvelle méthode : frapper le porte-monnaie de ceux qui perçoivent le revenu de solidarité active (RSA). Un bénéficiaire de la ville a vu son allocation amputée de 80% pendant trois mois, rapporte Le Parisien, vendredi 12 mai. Mais c'est le conseil départemental de l'Oise qui gère le versement du RSA, et la sanction n'est pas directement liée à la consommation d'alcool. France 2 s'est rendu sur place.

"S'alcooliser n'est pas une clause de sanction"

Le maire Les Républicains de la commune, Arnaud Dumontier, assure avoir cherché à aider cet habitant avant de le sanctionner. "Cette personne a passé trois semaines en cure de désintoxication", affirme-t-il à France 2, et aurait repris sa consommation d'alcool dès sa sortie. Il aurait fait l'objet de plusieurs plaintes pour tapage nocturne.

"S'alcooliser n'est pas une clause de sanction", précise le département au Parisien. En revanche, les bénéficiaires du RSA doivent signer un contrat d'insertion et s'engager à rechercher un emploi. C'est ce motif qui explique la suspension partielle de son allocation : l'homme aurait notamment manqué plusieurs rendez-vous de contrôle. De son côté, le maire de la ville se dit prêt à engager la même action au sujet d'autres habitants de la commune.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne