"Mini jobs" : l'autre visage de l'économie allemande

FRANCE 2

En Allemagne, c'est un peu la face cachée du plein emploi : les "mini jobs". Des emplois précaires sans aucune protection sociale et qui concernent des millions d'Allemands.

Leurs fiches de paye restent bloquées à 450 € par mois. Les "mini jobeurs", mal rémunérés, à temps partiel, sont encore 6,7 millions en Allemagne. Le même nombre qu'en 2015. Malgré le plein emploi et la pénurie de main-d'œuvre dans certains secteurs, pourquoi l'Allemagne est-elle accro aux "mini jobs" ? Jaide Fuchs, 26 ans, travaille dans un café "entre 12 et 15 heures par semaine, et je gagne le smic horaire, c'est 9,19 € de l'heure".

Un plafond de 450 € pour un avantage fiscal

Au total, pas plus de 450 € par mois, c'est la condition pour bénéficier d'un avantage fiscal : l'exonération totale de cotisations salariales, le salaire net est égal au brut. Ces travailleurs n'ont, du coup, pas d'assurance chômage, pas d'assurance maladie, pas de garantie dépendance, pas de retraite. Dans ce cas, ni le salarié ni l'entreprise n'ont intérêt à faire plus d'heures. Certains Allemands se font du souci. Les syndicats allemands réclament la suppression de ces "mini jobs".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne