L’objet des contrats aidés "a été dévoyé", ils n'aident pas "à retrouver un emploi" assure la CPME

Jean-Eudes du Mesnil du Buisson, le 4 juillet 2013.
Jean-Eudes du Mesnil du Buisson, le 4 juillet 2013. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Le secrétaire de la CPME, Jean-Eudes du Mesnil du Buisson, partage le constat du Premier ministre sur les contrats aidés qu'il juge "peu efficace". Pour lui, il faut mettre l'accent sur "l’emploi des jeunes et l’apprentissage".

Le Premier ministre Edouard Philippe a jugé vendredi 18 août le dispositif des emplois aidés "onéreux" et "peu efficace" pour retrouver un emploi. 

Cette année, il restera moins de 300 000 contrats aidés contre 450 000 l’année dernière. Des contrats qui vont manquer dans l’Education nationale et certaines écoles ont dû retarder la rentrée scolaire comme à la Réunion où 75% des postes en contrats aidés ont été supprimés.

Pour Jean-Eudes du Mesnil du Buisson, secrétaire de la CPME, cette baisse imposée aux collectivités locales n’est pas "incohérente". "Il y a des efforts, on en demande aussi aux entreprises, on voit bien que l’objectif a été dévoyé" ajoute-t-il.

franceinfo : Est-ce-que les PME sont concernées par cette baisse des contrats aidés ?

Jean-Eudes du Mesnil du Buisson : Elles sont peu concernées car la baisse concerne les contrats aidés dans le secteur non marchand et les PME sont dans le secteur marchand. Il s’agit bien d’une baisse des contrats aidés. Ce qu’il faut constater c’est que l’on est revenu à la situation de 2012, tout comme le taux de chômage qui est retombé à 9,5%.

Est-ce incohérent de demander aux collectivités de moins recourir aux contrats aidés alors que la situation des finances publiques est celle qu’on connaît aujourd’hui ? Il y a des efforts à faire.Jean-Eudes du Mesnil du Buisson, secrétaire de la CPMEà franceinfo

On en demande aux entreprises. On a, par exemple, supprimé l’aide à l’embauche dans les PME, après tout, ce n’est pas incohérent qu’on en demande aux collectivités. Par contre, on aurait sous doute pu anticiper et je comprends les difficultés dans l’Education nationale.

Le gouvernement critique l’efficacité de ces contrats aidés pour justifier leur suppression, qu’en pensez-vous ?

Ce n’est pas juste le gouvernement mais un rapport de la Cour des comptes qui parle du coût et de l’utilité des contrats aidés. Quelle est l’utilité des contrats aidés ? Est-ce qu’il s’agit d’amortisseur social, de faire baisser artificiellement le chômage, d’obtenir une main d’œuvre moins cher pour les collectivités locales ou d’aider une personne éloignée de l’emploi à retrouver une employabilité ? Ça devrait être ça l’objectif et les contrats aidés ne remplissent pas cet objectif. En principe, dans les contrats aidés il y a une formation obligatoire à la fin du contrat pour les aider à retrouver un emploi mais seuls 23% suivent réellement une formation. On voit bien que l’objectif a été dévoyé et on a un vrai décalage entre ce qui se passe dans les collectivités locales et dans le secteur marchand.

Vous demandez de miser davantage sur la formation ?

Ce qui est important c’est de se concentrer sur l’emploi des jeunes et l’apprentissage. Une des clés de l’emploi des jeunes, c’est que les jeunes soient déjà dans les entreprises. Quel meilleur moyen que d’y rentrer qu’en apprentissage ? On découvre le monde de l’intérieur. On retrouve un boulot plus facilement.

Vous êtes à nouveau en ligne