Le chômage dangereux pour la santé

France 3

Le chômage, c'est aussi un traumatisme. 14 000 décès par an lui seraient imputables. Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) s'est saisi de cette question grâce notamment aux travaux du psychiatre Michel Debout.

Pierre-Florent Condoran, 56 ans, était chef d'entreprise. Au chômage depuis quatre ans, il vit avec 770 euros par mois. Sandra Marques, 33 ans, a perdu son emploi d'aide médico-psychologique pour personnes dépendantes il y huit mois. Elle vit avec 800 euros par mois. Tous deux souffrent en silence du chômage et de la précarité. Stress, dévalorisation, le chômage fragilise et la santé devient difficile à préserver.

14 000 morts à cause du chômage

Après les travaux du professeur en médecine Michel Debout, le CESE s'est penché sur la santé des personnes privées d'emploi. "Ce sont des maladies organiques, des maladies chroniques qui se révèlent, qui rechutent, des cancers qui rechutent, des maladies cardiovasculaires, hypertensions, infarctus du myocarde", détaille-t-il.

Ce sont "aussi des maladies dépressives, avec le risque de tentatives de suicide et même de morts par suicide", ajoute-t-il. Une étude de l'INSERM estime que 14 000 décès par an sont imputables au chômage et recommande que la médecine du travail prenne également en charge ceux qui ont perdu leur emploi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne