VIDEO. "On va leur annoncer le mardi qu'ils seront au chômage le week-end ?" : des salariés de New Look dénoncent la fermeture soudaine de magasins

Voir la vidéo
FRANCE 2

Le groupe a annoncé la semaine dernière vouloir fermer les deux tiers de ses magasins en France, et supprimer 261 emplois.

"Les gens ne sont pas des chiffons." Des salariés de l'enseigne de prêt-à-porter New Look ont contesté devant le tribunal de Paris, lundi 17 septembre, la fermeture soudaine de deux magasins à Calais et Rouen. Une semaine plus tôt, le groupe annonçait un plan social prévoyant, d'ici 2021, la disparition de 21 de ses 29 boutiques en France et la suppression de 261 emplois.

Dès le lendemain, mardi 11 septembre, la direction a averti les salariés de deux magasins, à Calais et Rouen, qu'ils seraient fermés respectivement dès "le 15 septembre et le 19 septembre", avec des licenciements "dès la fin du mois", explique SUD Commerce. Mardi, le tribunal décidera si l'enseigne a le droit de procéder à ces fermetures avant même la négociation du plan social.

Les représentants des employés dénoncent cette annonce inattendue et brutale : "On va leur annoncer le mardi qu'ils seront au chômage le week-end ? C'est au mépris de toutes les lois", juge Hichem Aktouche, secrétaire syndical SUD commerce. La boutique de Calais a finalement obtenu un sursis de trois mois de la part de New Look. 

Au Royaume-Uni, l'enseigne, en difficulté, avait déjà annoncé en mars un important plan de restructuration, portant sur la fermeture de 60 magasins et la suppression de 980 emplois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne