Réorientations proposées par Pôle emploi : "La formation ne créé pas d'emploi en tant que tel"

La façade d\'une agence Pôle emploi de Nantes. (illustration)
La façade d'une agence Pôle emploi de Nantes. (illustration) (LOIC VENANCE / AFP)

Pierre-Edouard Magnan, le porte-parole de l’association Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP), est revenu jeudi sur les rencontres entre recruteurs et chômeurs sur les métiers en tension organisées par Pôle emploi. Selon lui, il faudra faire beaucoup plus pour régler le problème du chômage.

Pôle emploi organise actuellement des rencontres physiques entre recruteurs et chômeurs sur les métiers en tension. 7 000 évènements de ce type sont prévus d’ici fin octobre dans 800 agences partout sur le territoire.

"La formation ne créé pas d'emploi en tant que tel", a réagi jeudi 20 septembre sur franceinfo Pierre-Edouard Magnan, le porte-parole de l’association Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP). Pour Pierre-Edouard Magnan "toutes les actions qui peuvent permettre à un chômeur de trouver un boulot sont bonnes en soi". Mais selon lui, "cela ne règlera pas le problème du chômage dans son immense ampleur".

franceinfo : Ces rencontres entre demandeurs d'emploi et chefs d'entreprises sont-elles utiles et efficaces ?

Pierre-Edouard Magnan : Elles sont efficaces éventuellement pour les gens qui vont y trouver quelque chose. Cela ne peut pas répondre à la problématique de millions de chômeurs. Toutes les actions qui peuvent permettre à un chômeur de trouver un boulot sont bonnes en soi. Aucun outil n'est mauvais en lui-même. Contrairement à une légende tenace, c'est déjà la réaction de l'immense majorité des chômeurs qui sont, pour beaucoup, prêts à accepter n'importe quoi, ne serait-ce que pour travailler. Je peux vous citer un certain nombre de cas de gens qui ont accepté des postes déqualifiés par rapport à leur formation avec des salaires inférieurs à leurs allocations chômage, uniquement pour pouvoir dire qu'ils ont un travail.

Ces réorientations proposées par Pôle emploi, c'est une bonne chose ?

Sur le principe, personne n'est hostile à la réorientation. Mais quand on parle de réorientation, on parle de formation. Quand on sait quelles sont les difficultés pour un chômeur qui a un projet de réorientation pour obtenir de faire financer une formation et de pouvoir vivre ! Quand on sait à quel point c'est compliqué ! Des chômeurs ont été radiés parce qu'ils ont fait des formations dont ils avaient assumé eux-mêmes l'autofinancement. Mais comme Pôle emploi n'avait pas "tamponné", on les a radiés, parce que ce n'était pas conforme. Il y a beaucoup à dire. Je serais vraiment de mauvaise foi si je vous disais que out ce qui permet à quelqu'un de retrouver un boulot et qui le satisfait n'était pas bien. Mais cela ne règlera pas le problème du chômage dans son immense ampleur tel qu'on le connait aujourd'hui.

Le volet formation porté par la ministre du Travail Muriel Pénicaud est de nature à combler les manques ?

On pourrait avoir les chômeurs les mieux formés du monde, ce seraient toujours des chômeurs. Les politiques adorent balancer la tarte à la crème, "1000 000, 500 000, un million de formations". En matière de formation, on a aussi fait tout ce qu'il fallait pour dégoûter un paquet de chômeurs à qui, en un an et demi de chômage, on a fait faire trois fois la même formation, "j'apprends à faire mon CV". Il faut faire très attention, parce que les politiques envoient un message subliminal à l'opinion publique, "si on forme un million de chômeurs, on va ramener un million de chômeurs à l'emploi", ce qui est faux.

La formation ne créé pas d'emploi en tant que tel. Si vous n'avez pas besoin de quelqu'un, quand bien même il ne vous coûtera rien, vous n'allez pas l'embaucher pour l'asseoir sur une chaise. Objectivement, la formation n'est pas mal en soi. Je prends souvent la métaphore du marteau. Un marteau, il n'est ni bien ni mal. Si vous plantez un clou avec, c'est bien. Si vous tapez sur le doigt, c'est mal. Mais dans les deux cas, ce n'est pas le marteau qui est responsable. C'est la main qui le tient. La formation, c'est un peu pareil.

Vous êtes à nouveau en ligne