Contrats courts : taxes et bonus-malus pour l'hôtellerie-restauration

FRANCE 3

Édouard Philippe a présenté sa réforme de l'assurance chômage mardi 18 juin. Les CDD d'usage notamment pratiqués dans l'hôtellerie-restauration seront taxés.

Les serveurs sont sur le pont. Beaucoup d'entre eux sont en contrats courts, parfois renouvelés pendant plusieurs années. "Je ne suis disponible qu'une semaine sur deux puisque j'ai ma fille. Donc ça correspond parfaitement à ce que je recherche", indique Émilie Borda, hôtesse d'accueil en CDD d'usage. Après la réforme annoncée par Édouard Philippe mardi 18 juin, son patron devra payer 10 € de plus sur chacun de ces contrats.

Des cotisations patronales plus élevées

Avec le système de bonus-malus, une entreprise qui utilise beaucoup de ces CDD d'usage verra ses cotisations patronales grimper à 5%. Le patron d'Émilie Borda a employé 40 contrats courts rien que le mois dernier. Selon ses calculs, la réforme pourra lui coûter jusqu'à 800 € de plus par mois. Dans le secteur de l'hôtellerie restauration, 3,5 millions de contrats de moins d'un mois sont signés chaque année. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne