Pourquoi l'Insee dit-il que le chômage a baissé ?

Une usine de bus Carrier d\'Alençon (Orne) déserte après l\'arrêt de la production et le placement de l\'entreprise en redressement judiciaire, le 28 janvier 2014.
Une usine de bus Carrier d'Alençon (Orne) déserte après l'arrêt de la production et le placement de l'entreprise en redressement judiciaire, le 28 janvier 2014. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Selon les chiffres de l'institut, le chômage a baissé de 0,1 point au 4e trimestre 2013, pourtant les chiffres de Pôle emploi ne disent pas la même chose.

Il y a les chiffres de Pôle emploi, et ceux calculés par l'Insee selon les normes du Bureau international du travail (BIT). Selon ces derniers, publiés jeudi 6 mars, le taux de chômage a baissé de 0,1 point au quatrième trimestre 2013, à 9,8% de la population active en métropole. Il atteignait 2 788 000 personnes. Une statistique qui permet à Jean-Marc Ayrault et son gouvernement d'affirmer que la promesse d'inversion de courbe du chômage est tenue.

L'Insee précise que le taux atteint 10,2% si l'on inclut les DOM. Sur un an, le chômage est stable. Les statistiques de l'institut peuvent sembler en contradiction avec celles de Pôle emploi, qui indiquent un nombre d'inscrits en hausse sur la fin 2013. Explications.

Pourquoi les chiffres sont-ils différents ?

Entre les chiffres de l'Insee et ceux de Pôle emploi, la différence vient de la méthodologie. L'insee établit son calcul à partir d'une enquête trimestrielle auprès de 100 000 personnes. Pôle emploi publie ses chiffres chaque mois en se basant sur le nombre d'inscrits.

L'écart s'explique surtout par une vision du chômage différente. Pour l'Insee, un chômeur est une personne de plus de 15 ans cherchant activement un emploi, inscrite ou non à Pôle emploi, et n'ayant pas du tout travaillé au cours de la semaine de référence de l'enquête. Une définition qui exclut certaines personnes inscrites à pôle emploi (comme les travailleurs à temps partiel), mais qui prend en compte des jeunes chômeurs de moins de 25 ans qui ne sont pas inscrits à Pôle emploi.

Qui a raison ?

Les deux indicateurs ne se contredisent pas, ils se complètent. L'Insee et Pôle emploi n'utilisent pas la même méthodologie et le même calendrier, ce qui explique de possibles divergences. Mais à long terme, les deux indicateurs sont convergents et complémentaires. 

Les chiffres de l'Insee sont plus imprécis pour analyser l'évolution du chômage à court terme, mais plus intéressants sur le moyen terme. De leur côté, les chiffres de Pôle emploi sont plus sensibles aux dispositifs de court terme mis en place par le gouvernement, comme les emplois aidés ou la formation.

Alors la courbe du chômage s'est inversée ?

Jean-Marc Ayrault a annoncé sur BFMTV que la courbe du chômage était inversée. Nombre d'économistes préfèrent regarder les chiffres de l'Insee, jugés plus pertinents pour mesurer le chômage, ce qui pourrait donner raison au gouvernement.

Pour autant, il est difficile de considérer la promesse présidentielle tenue puisque le gouvernement s'est référé à de nombreuses reprises aux chiffres de Pôle emploi pour communiquer sur son engagement.

Vous êtes à nouveau en ligne