Assurance chômage : le calendrier très serré fixé par le gouvernement

France 3

Sur le plateau du 12/13, le journaliste David Boéri fait le point sur l'ouverture des négociations entre le patronat et les syndicats pour réformer l'assurance chômage.

Emmanuel Macron a promis plusieurs mesures fortes. Les discussions sont ouvertes, mais il va falloir aller vite. "C'est un vrai sprint : les partenaires sociaux se sont donnés six semaines pour parvenir à un compromis d'ici le 15 février, avec un projet de loi qui sera présenté au printemps, et un vote au Parlement avant l'été", explique sur le plateau du 12/13 le journaliste David Boéri. "Une réforme menée au pas de charge alors que c'est la plus ambitieuse, 60 ans après la création de l'assurance chômage. Emmanuel Macron a donc changé sa méthode : contrairement aux ordonnances sur le travail, il leur demande de trouver des solutions en laissant plus de place à la négociation", ajoute-t-il.

Encadrement des contrats courts, ouverture de l'assurance chômage...

Quelles sont les mesures actuellement en discussion ? "C'est d'abord l'ouverture de l'assurance chômage : comment la rendre universelle en l'ouvrant aux travailleurs indépendants et aux travailleurs démissionnaires ? Il y a ensuite l'encadrement des contrats courts, pour éviter les abus sur les CDD, qui finissent par coûter très cher à l'assurance chômage ; c'est le sujet le plus sensible, le patronat ne veut pas en entendre parler, et le gouvernement promet un système de bonus-malus si la discussion n'aboutit pas. Autre thème qui divise : le renforcement du contrôle des chômeurs. Là, il reste à trouver les modalités pratiques pour appliquer cette promesse d'Emmanuel Macron. Enfin, la gouvernance de l'Unedic, avec un système universel désormais en partie financé par l'impôt, par la CSG ; l'État souhaite renforcer son rôle. Avec ces cinq grands thèmes, le calendrier de ces six prochaines semaines s'annonce très serré", conclut David Boéri.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne