Ascoval : le tribunal de Strasbourg renvoie au 12 décembre sa décision sur la reprise de l'aciérie

Des employés de l\'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) bloquent l\'entrée du site industriel, le 31 octobre 2018, le dernier jour de leur mouvement.
Des employés de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) bloquent l'entrée du site industriel, le 31 octobre 2018, le dernier jour de leur mouvement. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

Ce délai n'est pas une surprise, et doit permettre au seul repreneur possible de paufiner son offre.

Les salariés de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord), en redressement judiciaire, ne seront pas encore fixés sur leur sort. La décision concernant la reprise du site a été renvoyée au 12 décembre par le tribunal de grande instance de Strasbourg, mercredi 7 novembre, un choix qui était attendu.

Ce nouveau délai, après un sursis de deux semaines accordé fin octobre, doit permettre de valider l'offre de reprise du franco-belge Altifort et de trouver un accord avec Vallourec, actionnaire et unique client actuel de l'aciérie, ont indiqué des représentants du personnel et d'Altifort à l'issue d'une très brève audience.

Fin octobre, l'offre de reprise a été jugée "solide et crédible" par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, et Emmanuel Macron, dimanche, a assuré croire en "un avenir" pour l'aciérie. Les salariés avaient repris le travail, lundi, après une semaine de blocage.

Vous êtes à nouveau en ligne