Un compte pénibilité pour 3,3 millions de salariés du privé

(Maxppp)

Un nouveau dispositif sera mis en place dans le cadre de la réforme des retraites à destination des salariés exerçant des métiers pénibles. Il s'agit de tenir compte de la pénibilité de l'activité des salariés et de leur permettre d'ouvrir un compte pénibilité. Un salarié sur cinq serait concerné.

Dans le cadre de la réforme des
retraites, un compte pénibilité sera ouvert. Il doit concerner environ 3,3
millions de salariés du privé qui exercent un métier pénible
d'après une note
d'impact du gouvernement.

Bruit, posture pénible, travail de nuit

Ce nombre représente 18,2% des salariés du
privé parmi lesquels 55% seraient des hommes. On entend par métiers pénibles les
professions liées à des contraintes physiques (manutention de charges, postures
pénibles), à un rythme de travail fatiguant (travail de nuit, travail répétitif)
ou à un environnement agressif (bruit, agents chimiques).

Les plus concernés : les jeunes salariés

Les plus concernés sont
les jeunes salariés. Plus de 20% des moins de 25 ans sont exposés à au moins un
de ces critères. Les salariés de 60 ans et plus sont 12,29% à subir ces
contraintes.

Ce compte pénibilité permettra d'acquérir
des points en fonction du temps passé en situation de pénibilité. Les salariés
peuvent utiliser ce temps à se reconvertir, travailler à temps partiel ou
partir plus tôt à la retraite dans la limite de deux ans avant l'âge légal de
62 ans.

Quel financement ?

Quant au coût de ce dispositif, il est
estimé à environ 500 millions d'euros en 2020, et 2,5 milliards en 2040. Il sera financé en
partie par des cotisations des employeurs. Le reste sera financé "par
toute autre recette autorisée par la loi et les règlements
", prévoit cette
loi présentée mercredi en conseil des ministres.

Vous êtes à nouveau en ligne