Suicides à France Télécom : l'ancien patron reste sur sa ligne

FRANCE 3

Didier Lombard s'est exprimé ce mardi 7 mai devant le tribunal correctionnel de Paris. Il ne se considère pas responsable des suicides au sein de son entreprise. 

Les premiers mots de l'ancien patron de France Télécom étaient très attendus. Didier Lombard a été entendu mardi 7 mai devant le tribunal correctionnel de Paris. Il est jugé pour harcèlement moral mais décline toute responsabilité dans la vague de suicides, "tout en essayant aussi de manifester sa compassion à l'égard des salariés de France Télécom", explique Clément Weill-Raynal, en duplex. "À propos des suicides, il déclare, je cite : 'son profond chagrin à l'égard de ceux qui n'ont pas supporté la transformation imposée à l'entreprise'; il reconnait du bout des lèvres, que ce qu'il appelle 'les mesures d'aide à la transformation de l'entreprise', n'étaient pas adaptées aux salariés les plus fragiles". 

"Didier Lombard n'a tiré aucune leçon"

"Au bout du compte, il considère que cette vague de suicides est le fruit de, je cite, 'une campagne médiatique dont l'entreprise et les dirigeants ne sont en rien responsables'. Réaction de l'un des avocats des parties civiles : 'Didier Lombard n'a décidément tiré aucune leçon de ce qu'il s'est passé il y a 10 ans à France Télécom'", conclut le journaliste. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne