DIRECT. "C'est presque une rentrée normale", assure Jean Castex, selon qui tout est "prêt" pour le retour à l'école des élèves

Le Premier ministre, Jean Castex, dans une école de Châteauroux (Indre), mardi 1er septembre 2020. 
Le Premier ministre, Jean Castex, dans une école de Châteauroux (Indre), mardi 1er septembre 2020.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

En visite mardi dans un établissement scolaire de Châteauroux, Jean Castex a mis en avant sa "sérénité" et assuré que tout est "prêt" pour faire face au coronavirus à l'heure du retour des enfants en classe.

Driiiiiing ! C'est l'heure de la rentrée, mardi 1er septembre, pour les 12,4 millions d'élèves, après de longs mois sans école ou presque. La distanciation physique devra être respectée dans la mesure du possible, mais elle ne sera pas obligatoire. Les enseignants porteront un masque, de même que les élèves à partir du collège, y compris pendant la récréation. Chacun devra avoir le sien mais les établissements disposeront de stocks de secours en cas de besoin. "Le service public de l'Education nationale est prêt, nous avons vu des enseignants tous présents, une école quasiment pleine, les élèves sont là, le dispositif préventif est prêt et, finalement, je dirais que c'est presque une rentrée normale", a fait valoir le Premier ministre, Jean Castex, après une heure et demie passée dans une école élémentaire de Châteauroux (Indre). 

Des masques pour la reprise en entreprise. Le port du masque devra aussi être "systématique" ce mardi dans les bureaux, dans les espaces partagés comme les salles de réunion, couloirs, vestiaires ou open spaces."On va donner une semaine pour que chacun s'approprie ces règles", a indiqué la ministre du Travail Elisabeth Borne mardi sur LCI

Congé parental possible. "Le congé parental sera possible si la classe ou l'école est fermée", a déclaré Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement et secrétaire d'État auprès du Premier ministre, mardi sur franceinfo.

 "Enfin tous réunis". Sur Twitter, Emmanuel Macron, qui est en ce moment au Liban, a souhaité une bonne rentrée à tous les élèves. "Les défis de cette rentrée sont nombreux, mais nous sommes enfin tous réunis !", a-t-il écrit. La veille, le chef de l'Etat avait abordé le sujet de la rentrée dans une vidéo publiée sur Instagram. "C'est une rentrée un peu particulière parce que le virus est toujours là. Je compte beaucoup sur vous dès demain matin pour appliquer les gestes barrières, le port du masque et tout le reste. Et aussi pour suivre ce que vos professeurs vous diront", a-t-il dit aux élèves. 

Présents ! Cette rentrée inédite est "bien préparée", a affirmé lundi le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, pour qui elle doit être "la plus normale possible"."Normalement, il ne manquera pas d'enseignants dans les classes", a-t-il indiqué, précisant que les quelques personnes vulnérables "qui ne pourront pas être là" seraient remplacées.

 Une rentrée complétement inédite. Les 866 000 enseignants qui ont fait leur prérentrée lundi semblaient partagés entre sérénité et inquiétude. "C'est vrai, c'est l'inconnu, mais, après, c'est quelque chose que l'on vit pour la première fois et c'est à nous de nous adapter", a ainsi expliqué une professeure d'EPS à France 3. 

Vous êtes à nouveau en ligne