Syndicats et patronat débutent les négociations pour sauver les retraites complémentaires

FRANCE 2

L'Agircc et l'Arcco sont en grande difficulté. Pour éviter la faillite, syndicats et patronat doivent prendre des mesures. Mais les négociations s'annoncent âpres.

Ce mardi 17 février marque le début des négociations entre les syndicats et le patronat. L'Agircc et l'Arcco, régimes des retraites complémentaires des cadres et des non-cadres, sont dans le rouge. "On se rapproche toujours un peu plus du naufrage de ces systèmes : pas moins de 4,4 milliards d'euros de déficit", annonce Laurent Desbonnets.
Ce déficit pourrait atteindre 20 milliards d'euros en 2040. Raison de ce déficit : "Le nombre de retraités bénéficiaires explose avec le départ en retraites des générations du baby-boom. Actuellement, il y a 12 millions de bénéficiaires, alors que le nombre de salariés qui cotisent reste stable : 18 millions. Il y a urgence."

Propositions chocs

Pour enrayer cette spirale, le Medef a deux propositions chocs : repousser à 69 ans l'âge à partir duquel on peut toucher toute sa retraite complémentaire, et baisser les pensions de ceux qui partent avant un certain âge. Deux mesures rejetées par les syndicats, qui veulent augmenter les cotisations des cadres, aligner les salaires des femmes sur ceux des hommes, ou encore fusionner les deux régimes.
Les négociations vont durer quatre mois. Si elles échouent, la faillite est inévitable. "Ce serait une catastrophe pour tous les retraités car ces retraites complémentaires représentent entre 30% et 60% du montant des pensions", conclut le journaliste de France 2.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne