Retraites : "C'est un boa" qu'a avalé Jean-Paul Delevoye sur l'application de la réforme aux seuls nouveaux entrants, estime Eric Woerth

Eric Woerth, à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 12 mars 2019.
Eric Woerth, à l'Assemblée nationale, à Paris, le 12 mars 2019. (BERTRAND GUAY / AFP)

Eric Woerth donne raison au haut-commissaire aux retraites, qui fustige la "clause du grand-père" dans la réforme des retraites, alors qu'Emmanuel Macron et Edouard Philippe affirment que "tout est ouvert".

Le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, se "rangera derrière la décision du président, du Premier ministre et du Parlement" concernant l'application ou non du futur "système universel" aux seuls nouveaux entrants du marché du travail, a indiqué son entourage vendredi 8 novembre à l'AFP.

"Ce n'est pas une couleuvre, c'est un boa" qu'a avalé Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire aux retraites, a réagi Eric Woerth, député LR de l'Oise et ancien ministre, sur franceinfo vendredi 8 novembre. Dans un entretien au Parisien mercredi, Jean-Paul Delevoye avait exprimé son opposition à cette piste, également appelée la "clause du grand-père", en contradiction avec Emmanuel Macron et Édouard Philippe, pour qui "tout est ouvert".

"Les régimes spéciaux, c'est la vraie injustice"

Réserver le futur système aux seuls nouveaux entrants reviendrait "à créer un 43e régime. C'est impossible !", avait justifié Jean-Paul Delevoye. "Si on fait 'la clause du grand-père' pour une profession, il faut la faire pour tout le monde, question d'équité, ça veut dire que l'on renonce à la réforme", avait-il ajouté.

Pour Eric Woerth, "Jean-Paul Delevoye a raison quand il dit qu'une application aux nouveaux entrants, ça veut dire qu'il n'y a pas de réforme. Comment pourrait-on dire qu'une réforme s'appliquerait dans 40 ans ?". Selon Eric Woerth, "il faut aller plus loin sur les régimes spéciaux en approfondissant la réforme de 2010" parce que, pour lui, "les régimes spéciaux, c'est la vraie injustice" du système actuel de retraites en France.

Vous êtes à nouveau en ligne