Réforme des retraites : les fonctionnaires, grands perdants de la pénibilité

FRANCE 2

Comment prendre en compte la pénibilité dans la fonction publique ? Plus d'un million de Français sont potentiellement concernés. La question était au coeur des négociations entre la ministre du Travail et les partenaires sociaux.

Ils sont éboueurs, infirmières, aides-soignants ou égoutiers. Ce sont des fonctionnaires travaillant dans des conditions particulièrement pénibles et classées dans la catégorie active. Traduction : actuellement, ils peuvent partir à la retraite de façon anticipée à 57 ou 52 ans, selon les cas. Avec la réforme, à part les fonctionnaires en uniforme, comme les policiers ou les pompiers, c'est la fin de la catégorie active. Le départ à la retraite se fera à 62 ans.

"Au bout de 15 ans de benne, on est mort"

Laurent Darbon est éboueur à Paris depuis 26 ans. Mardi 14 janvier au matin, il a bloqué l'accès à un incinérateur de déchets pour protester contre la réforme des retraites. Selon lui, la pénibilité de son métier doit continuer à être reconnue. "Peu importe le temps, il peut faire -10 ou -20°C, on est toujours dehors. Cela fatigue beaucoup, et, au bout de 15 ans de benne, on est mort", explique-t-il. La pénibilité sera prise à partir de six critères.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne