Réforme des retraites : le député LREM Patrick Vignal appelle le gouvernement à "revoir sa copie"

Le député LREM Patrick Vignal, en septembre 2013.
Le député LREM Patrick Vignal, en septembre 2013. (PASCAL GUYOT / AFP)

"Nous avons été très mauvais en matière de communication, on n'a pas su vendre cette réforme", a déclaré le député LREM Patrick Vignal, ce samedi, sur franceinfo, alors que deux journées de mobilisation sont à prévoir les 9 et 11 janvier prochains contre la réforme des retraites.

Le député La République en marche (LREM) de l'Hérault, Patrick Vignal, a appelé le gouvernement à "revoir sa copie" sur la réforme des retraites, ce samedi 4 janvier, sur franceinfo, alors que l'intersyndicale (CGT, FO, FSU, Solidaires, CFE-CGC, Unef et UNL) appelle à de nouvelles journées de mobilisation les 9 et 11 janvier prochains. "Ce n'est pas lâcher prise que de revoir notre copie", a-t-il souligné.

"On ne peut pas avoir raison contre tout le monde. Sur le fond, cette réforme est importante, on ose la faire, ce que n'ont pas fait les gouvernements précédents, mais effectivement il faut amender. Et moi, j'ai été un des premiers parlementaires à dire qu'il fallait avoir une autre réflexion sur l'âge pivot", a-t-il souligné. Un mois après le début de la grève contre la réforme des retraites, 46% des Français demandent au gouvernement de modifier sa réforme sur l'âge pivot, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié vendredi.

Il faut changer de méthode, selon lui

"Sur le fond, l'universalité est importante, mais nous avons été très mauvais en matière de communication, on n'a pas su vendre cette réforme", a poursuivi Patrick Vignal. "Et aujourd'hui, on se retrouve avec des syndicats qui sont vent debout, on bloque la France, on bloque l'économie, alors que la France était en train de redémarrer. Donc je reconnais qu'il faut qu'on soit différents dans l'approche."

Le député de la majorité a toutefois prévenu qu'il n'était pas question de retirer purement et simplement la réforme, comme le réclame notamment la CGT : "Je pense qu'avec la CGT on ne pourra plus faire d'efforts. En revanche, comment peut-on se permettre d'avoir tous les syndicats à dos, la CFDT, la CFE-CGC, l'Unsa ? On ne peut pas vraiment construire une autre société quand on a l'ensemble des syndicats [contre nous] et quand les Français vous disent : 'Nous, on veut de l'apaisement'". "J'espère qu'avant le 9 on va trouver un compromis, un consensus intelligent, modéré, adapté à notre troisième millénaire", a souligné Patrick Vignal.

Vous êtes à nouveau en ligne