Réforme des retraites : la pénibilité fait toujours débat

France 2

La semaine du 6 janvier marquera la reprise des discussions sur la réforme des retraites. Mais dès dimanche 5 janvier, le gouvernement a mis les choses au point sur les sujets qui fâchent comme l'âge pivot ou la pénibilité.

Porter des meubles, à la force des bras et du dos. C'est le quotidien de déménageurs parisiens. Et même avec quelques astuces, le travail est physique et pèse sur les articulations et les muscles. Alors forcément, difficile pour eux de s'imaginer travailler jusqu'à l'âge pivot de 64 ans. "Je vais bientôt avoir 40 ans. Je pense que je vais me reconvertir dans un travail un peu plus calme parce que c'est très physique", explique Grégory Moitié, déménageur. Pourtant, leur métier n'est pas reconnu comme pénible. Ils ne peuvent pas profiter d'un départ anticipé, déjà prévu pour certaines professions à 60 ans.

Plusieurs critères non pris en compte depuis 2017

Depuis 2017, quatre critères de pénibilité ne sont plus pris en compte : le port de charge lourde, les postures pénibles, les vibrations mécaniques, et l'exposition à des agents chimiques dangereux. Avec la réforme des retraites, les syndicats réformistes comme la CFDT de Laurent Berger demandent le retour de ces critères. Une option balayée dimanche 5 janvier par Laurent Pietraszewski, le secrétaire d'État chargé de la réforme, dans les colonnes du Parisien.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne