Réforme des retraites : Jean-Paul Delevoye rappelle le gouvernement à ses promesses

Jean-Paul Delevoye à l\'Elysée le 14 mai 2017.
Jean-Paul Delevoye à l'Elysée le 14 mai 2017. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le haut-commissaire à la réforme des retraites qui mène les concertations avec les syndicats rappelle que le gouvernement s'est engagé à ne pas repousser l'âge légal de départ.

La concertation sur la réforme des retraites est de plus en plus minée. Après la CFDT, Force ouvrière menace à son tour de quitter la concertation si le gouvernement décidait de reculer l'âge légal de la retraite, contrairement à ses engagements initiaux.

Depuis la mi-mars, plusieurs ministres et même le Premier d'entre eux, Edouard Philippe, ont évoqué le fait que l'âge légal - aujourd'hui fixé à 62 ans - pourrait être repoussé, non pas dans le cadre de la réforme des retraites mais pour financer la réforme de la dépendance.

"Des engagements ont été pris"

Un double discours intolérable pour les syndicats qui vient contredire une promesse de campagne d'Emmanuel Macron et les engagements pris par l'exécutif le 10 octobre dernier. Très remonté aussi, Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire chargé de la réforme des retraites et qui mène la concertation, avait déjà haussé le ton au Sénat le 21 mars. "Il y a un cap qui a été acté par étapes le 10 octobre. Des engagements ont été pris, et je suis un homme d'engagements, a-t-il déclaré. Il faut que les choses soient claires : ces engagements ne peuvent pas être remis en cause. Sinon, je dois aussi en tirer les conséquences. Tout le travail qui a été fait a été basé sur la confiance." 

En ce début avril, Jean Paul Delevoye est toujours dans cet état d'esprit. Son entourage précise toutefois qu'il n'y a pas d'ultimatum, ni de chantage à la démission.

Vous êtes à nouveau en ligne