Jour férié : après Pentecôte, faut-il en supprimer un second ?

Et si la solution pour financer la dépendance était de supprimer un nouveau jour férié ? Le sujet divise les Français en ce lundi de Pâques.

Seriez-vous prêt à abandonner un de vos jours fériés pour financer la dépendance ? La question est débattue depuis quelques jours, mais l'idée divise les Français et irrite les professionnels du tourisme. À l'occasion du lundi de Pâques, France 3 est parti sur le terrain interroger les uns et les autres sur la question, à La Rochelle (Charente-Maritime). Pour beaucoup, un jour férié est l'occasion de s'offrir un week-end prolongé. "Ça permet de se retrouver en famille et de partir un petit peu, ce qui n'est pas toujours évident sur un week-end de deux jours", confie une mère de famille.

Un revenu non négligeable pour l'État

Pour le croisiériste rencontré par France 3, la période de Pâques est cruciale. Ses bateaux affichent en effet complet. Alors, supprimer ce lundi de férié ne serait pas sans risque. Car depuis 15 ans et la suppression du lundi de Pentecôte, les Français travaillent déjà un jour de plus pour financer la dépendance. L'an passé, cette journée de solidarité avait rapporté 3,19 milliards d'euros à l'État.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne