Grève : Fabien Roussel (PCF) estime qu'il ne serait pas "humiliant" pour Emmanuel Macron de "retirer sa réforme"

Fabien Roussel, secrétaire national du Parti Communiste Français, en décembre 2019.
Fabien Roussel, secrétaire national du Parti Communiste Français, en décembre 2019. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Alors que la grève entame son 2e mois de mobilisation, durée qui surpasse le précédent record établi en 86-87, le secrétaire national du Parti communiste français invite le président à changer de cap. 

Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français, a estimé ce dimanche 5 janvier, dans "Questions politiques" (France Inter, franceinfo, Le Monde) qu'il ne serait pas "humiliant" pour Emmanuel Macron de "retirer sa réforme" des retraites.

Il appelle le président de la République à "ouvrir le dialogue" pour sortir du conflit social qui paralyse les transports depuis le 5 décembre : "Ce ne serait pas humiliant de sa part qu'il retire sa réforme. Au contraire, ce serait reprendre la main et ouvrir le dialogue. Et c'est ce que je l'invite à faire", a-t-il déclaré.

Des "régimes spéciaux" pour tous

Fabien Roussel a rappelé que le PCF n'était pas contre la réforme en général, mais contre cette réforme des retraites proposée par le gouvernement : "Il faut retirer cette réforme et ouvrir un vrai dialogue sincère sur toutes les pistes de financement possibles pour améliorer le système actuel. Nous voulons une réforme qui rassemble, une réforme où tout le monde serait gagnant", a-t-il assuré.

"Je suis contre le régime spécial de la finance et je suis pour que tout le monde soit aligné aux régimes spéciaux", a-t-il précisé s'opposant ainsi à la suppresion des régime spéciaux. Fabien Roussel a aussi rappelé que le PCF prônait un départ à la retraite à 60 ans, loin de l'âge pivot à 64 ans envisagé par le gouvernement.

Vous êtes à nouveau en ligne